– Assemblée générale ordinaire 2019 –

L’assemblée générale annuelle se tiendra le samedi 25 janvier 2020 à Craon dans la salle de Pantigny, 1 rue de Pantigny (près de la mairie).

 

Déroulement :

·      14h00. Accueil des participants salle Pantigny : cotisation annuelle, adhésions.

 ·      14h20. Déplacement à pied jusqu’à la place du 8 mai pour une intervention d’Evelyne Ernoul : « La route royale de Laval à Craon, 1746-1759.

Sa construction fut déclarée d’utilité publique par Louis XV, à la demande des marchands-jurés de Laval qui s’approvisionnaient en fil de lin blanchi, au traditionnel marché craonnais du lundi. Ils la réclamaient depuis 10 ans. Un arpenteur puis un ingénieur des Ponts et Chaussées encadrèrent le chantier.

30 paroisses ont fourni la main d’œuvre par corvée de 8 à 10 jours par an et par personne, pour ouvrir les 26 km. Les difficultés furent nombreuses tant matérielles qu’humaines. Dans une province alors sans intérêt stratégique, le Craonnais s’ouvrit malgré lui à la grande circulation.

·      15h15 : début de l’assemblée générale.

o   Rapport moral.

o   Bilan des activités 2019.

o   Rapport Financier 2019 et prévisionnel 2020. Cotisations 2021.

o   Elections du tiers sortant. Election de nouveaux membres.

o   Prévisions d’activités 2020.

o   Rapport d’orientation.

– Conférence le samedi 8 février, 14h30 –

La nature et les hommes : la construction du paysage rural dans la Mayenne de l’Antiquité au XXe siècle.

 

par Daniel Pichot, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Rennes 2.

Archives départementales, amphithéâtre Angot, 6 Place des Archives, 53000 Laval

  Les études du paysage se sont profondément renouvelées ces dernières années et la conférence va tenter de montrer, à la fois les nouvelles méthodes comme la palynologie, l’archéologie aérienne…et les questionnements renouvelés adoptés par les chercheurs avant de présenter l’évolution à grands traits du paysage rural de la Mayenne des temps antiques au XXe siècle.

Forêt et bocage autour de Ste Suzanne

Forêt et bocage autour de Ste Suzanne

            L’idée d’un bocage idéal et figé dans les siècles est profondément remise en cause. Le paysage rural est inscrit dans le mouvement de l’Histoire et c’est une construction humaine. Les sociétés héritent d’un paysage qu’elles adaptent à leurs besoins, le paysage évolue donc sans cesse. La haie elle-même a vu sa fonction évoluer radicalement : dans un premier temps elle était destinée à empêcher le bétail d’entrer.

Autour de l’abbaye de Clermont

Autour de l’abbaye de Clermont

            Pendant de longs siècles, le paysage qui peut présenter des haies et des talus demeure largement ouvert mais se caractérise aussi par son aspect discontinu, le système agricole maintient longtemps friches et landes. L’embocagement ne commence vraiment qu’à la fin du Moyen Âge et les raisons en sont multiples : mise à l’écart des terres nobles, élevage…. La clôture ou fossé, terme qui englobe le fossé mais aussi le talus et les végétaux de la haie enserre progressivement les parcelles mais ne parvient à son état le plus dense qu’à la fin du XIXe siècle et même au début du XXe. En même temps, la disparition des communs et des landes grâce au chaulage unifie largement ce paysage qui prend alors la forme que nous lui connaissons avant d’être remis en cause dans le second vingtième siècle.

Front de défrichement médiéval à Ballots

Front de défrichement médiéval à Ballots

Hommage à René Rebuffat

Nous venons d’apprendre le décès de René Rebuffat, qui a joué un rôle important dans l’étude de la forteresse de Jublains. Voici le communiqué reçu du laboratoire d’archéologie de l’Ecole Normale Supérieure. Je propose qu’il soit recopié sur le site Internet et dans le prochain bulletin mensuel de la SAHM

Nous venons d’apprendre avec grande tristesse la mort de René Rebuffat. Ancien élève de l’École Normale Supérieure (1952) et de l’École Pratique des Hautes Études, agrégé de grammaire, ancien membre de l’École française de Rome (1959-1961), détaché au service des Antiquités du Maroc en 1961, il a soutenu une thèse d’État sur Les dompteurs d’animaux de l’Italie romaine en 1975, après une thèse de IIIe cycle consacrée à Thamusida II. Le quartier du fleuve et le quartier Est en 1968. Il rejoignit le CNRS en 1963, où il fut successivement attaché, maître et directeur de recherche. Depuis 2005, il était directeur de recherche honoraire. Fondateur en 1976 de l’équipe de recherche (ER 207) sur l’« armée romaine et les provinces », il prit une part importante à la création du laboratoire d’archéologie de l’ENS, puis à celle d’AOROC (UMR 8546 CNRS-ENS) en 1991. Au cours d’une longue et riche carrière, il sut combiner sa passion pour l’archéologie et la philologie, pour l’Afrique du Nord et la Gaule, pour la recherche et l’enseignement. Il dirigea des missions archéologiques de premier plan au Maroc à Thamusida (1959-1963), où il retourna entre 1981 et 2002 pour explorer le Bassin du Sebou. Il dirigea une mission de prospection dans le pré-désert libyen (1967-1980), tout en prenant une part importante à la fouille d’Apollonia en Cyrénaïque (1976, 1977, 1979). Il prit aussi la direction du chantier du complexe fortifié de Jublains en Mayenne (1975-1990). Toujours en France, il mena une longue recherche sur les voies romaines et l’économie de la cité des Helviens (1981-2002). Comme philologue, il consacra de nombreuses études à la langue libyque comme à l’épigraphie latine. L’originalité de son parcours et ses multiples talents furent salués par le prix Toutain-Blanchet à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (1972). Il fut un membre éminent de la Commission d’Afrique du Nord et de la Société des Antiquaires de France. René Rebuffat forma au cours de ces différents programmes, comme lors des cours qu’il dispensa de 1971 à 1988 à l’École Normale Supérieure, de nombreux étudiants. Il fit soutenir un grand nombre de thèses. Tous les membres de notre laboratoire qu’il contribua à fonder, gardent un souvenir ému de celui qui fut un très grand savant.

Christophe J. Goddard, Stéphane Verger, Dominique Briquel ; (Laboratoire d’archéologie de l’Ecole Normale Supérieure).

 

 

Publications de René Rebuffat consacrées à Jublains

Jublains 1975. Cahiers du Groupe de Recherches sur l’Armée romaine et les Provinces, t. 1, 1977, p. 11-34.

La forteresse de Jublains avant la campagne de 1978. Travaux militaires en Gaule romaine et dans les provinces du Nord-Ouest, Caesarodunum, 1978, p. 334-343.

Le complexe fortifié de Jublains (Mayenne). Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1980-81, p. 18-21.

Le complexe fortifié de Jublains (Mayenne) après les recherches de 1981. La patrie gauloise d’Agrippa au VIe siècle, colloque de Lyon, 1981, p. 27-38.

Le complexe fortifié de Jublains après la campagne de 1978. La Mayenne : archéologie, histoire, t. 3, 1981, p. 19-26.

Jublains 1976, 1977, 1978. Cahiers du Groupe de Recherches sur l’Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 9-50 (catalogue du matériel avec la collaboration de I. Gabard).

Jublains : un complexe fortifié dans l’ouest de la Gaule. Revue archéologique, 2, 1985, p. 237-256.

Monnaies du complexe fortifié de Jublains (Mayenne). Mélanges offerts au docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris, Le Léopard d’Or, 1987.

Jublains (Mayenne). In : Archéologie de la France. 30 ans de découvertes, catalogue de l’exposition du Grand Palais, Paris, 27 septembre – 31 décembre 1989, Paris, éd. de la Réunion des Musées Nationaux, 1989, p. 346 (voir aussi cartes p. 291 et 301).

Le complexe fortifié de Jublains. In : Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, sous la dir. de J. Naveau. Rennes, 1997 (Documents archéologiques de l’Ouest), p. 271-289.

Les thermes du complexe fortifié. Ibid., p. 303-309.

Les techniques de construction dans le complexe fortifié. Ibid., p. 311-335.

Avenir des recherches sur le complexe fortifié. Ibid., p. 337-338.

Une monnaie de Carausius trouvée à Jublains. La Mayenne : archéologie, histoire, t. 27, 2004, p. 314-319.

En collaboration avec I. Gabard :

Inventaire du matériel archéologique conservé à Jublains. Cahiers du Groupe de Recherches sur l’Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 59-66.

En collaboration avec V. Brouquier :

Publication avec notes de : Diehl R., Jublains – Noiodunum (Mayenne), cité gallo-romaine. La Mayenne : archéologie, histoire, t. 6, 1984, p. 9-56.

Les trous de boulins de l’enceinte fortifiée de Jublains. Caesarodunum, actes du colloque Le bois dans la Gaule romaine et les provinces voisines, t. 21, 1985, p. 191-201.

En collaboration avec V. Brouquier et S. Crogiez :

Bibliographie historique. In : Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, sous la dir. de J. Naveau. Rennes, 1997 (Documents archéologiques de l’Ouest), p. 257-270.

NOUVELLE PUBLICATION : LAVAL AGGLOMÉRATION, HISTOIRE ET PATRIMOINE

Vient de paraître :

Laval Agglomération, histoire et patrimoine

Couverture 1ère

La Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne publie sous ce titre un livre au format « guide Michelin » comprenant 368 pages, 616 photos, 39 plans.

Ce livre raconte l’histoire et présente le patrimoine de chacune des 34 communes et de l’agglomération depuis les temps les plus anciens. Il s’adresse en priorité aux habitants eux-mêmes, mais aussi aux visiteurs de passage et à tous les curieux de l’histoire.

Fruit d’une enquête de terrain et de recherches dans les archives, il signale pour la première fois beaucoup d’éléments de patrimoine. Il propose des parcours de découverte dans chaque commune et dans l’ensemble du territoire.

C’est un moyen pour chacun de mieux connaître son milieu de vie, de découvrir, à côté des monuments réputés, tout un patrimoine modeste mais de qualité, d’apprendre à regarder et à apprécier.

Prix : 20 €.

En vente dans les grands magasins, les librairies et au siège de la SAHM, 16 rue du Centre, 53810 Changé (02 43 53 64 55 – histoire-archeo53@wanadoo.fr).

 

Nouveautés sur le site

PATRIMOINE – GROUPE D’INVENTAIRE DU PATRIMOINE :
Mai 2019 – Patrimoine de Laval Agglomération quelques exemples

ACTIVITÉS – 2019 :
Excursion du 26 mai – Histoire de l’hôpital de Mayenne et déambulation

PATRIMOINE – GROUPE D’INVENTAIRE DU PATRIMOINE :
Avril 2019 – Des exemples du patrimoine de communes de Laval Agglomération

PATRIMOINE – GROUPE D’INVENTAIRE DU PATRIMOINE :
Mars 2019 – Des exemples du patrimoine de Laval Agglomération

 

Les expositions

Les deux expositions

  • LES CHAPELLES DE LA MAYENNE : Sauvegarder et valoriser un patrimoine.

 Panneau expo chapelles

  • EN MAYENNE, LE TEMPS EST SOUS NOS YEUX !

Panneau expo patrimoine

… peuvent désormais être empruntées gratuitement.

Reportez-vous à l’onglet « PATRIMOINE » pour consulter les conditions d’emprunt.

 

REVUE EN LIGNE : DERNIERS ARTICLES PARUS

Le deuxième article de notre revue en ligne La Mayenne, archéologie, histoire pour l’année 2019 est à votre disposition :

  • L’ église Renaissance de Brée (Mayenne), mise en évidence de parties médiévales par Gervais BARRÉ, François DEVER, Nicolas FOISNEAU et Jacques NAVEAU
    Des travaux réalisés dans la seconde moitié du 16e s. ont donné à l’église de Brée une grande homogénéité stylistique, au point que l’on pouvait supposer sa reconstruction totale à cette époque. Des travaux de réfection des enduits extérieurs remettent en cause cette impression, faisant apparaître les traces de percements antérieurs à ceux du 16e s. Cela a amené à examiner les liaisons entre les différentes parties de l’édifice afin d’esquisser les étapes de son évolution.

Pour mémoire, 1er article 2019 déjà paru :

Rappelons que l’on peut lire, télécharger ou imprimer librement les articles de La Mayenne, archéologie, histoire  :

  • par le site des Archives départementales (https://archives.lamayenne.fr/article/lensemble-des-publications-de-la-mayenne-archeologie-histoire-en-ligne)

PARUTION DU LIVRE : « les châteaux du moyen-âge en mayenne »

Couverture - Les chateaux du moyen-age en MayenneLa Mayenne est souvent présentée comme le premier département français pour le nombre de châteaux habités. Profondément ancrés dans le paysage, ils symbolisent la réussite des élites et leur investissement dans le foncier, notamment aux 18e et 19e siècles.

 

 

 

 

 

L’héritage laissé par le Moyen Âge semble, au premier abord, plus discret. Pourtant, les châteaux construits à cette époque marquent durablement de leur empreinte aussi bien le territoire que l’imaginaire collectif. Mayenne, Sainte-Suzanne, Laval, Lassay-les-Châteaux et bien d’autres sites encore offrent la possibilité d’un voyage dépaysant dans l’intimité d’une période de l’Histoire, dont la vision est aujourd’hui en grande partie renouvelée.

C’est ce riche patrimoine que nous vous invitons à (re)découvrir à travers ces quelques pages servies par une iconographie originale et abondante.

Plus de détails en cliquant ici : Chateaux MA Mayenne_mailing général_sommaire et extrait

Bon de commande : BON-DE-COMMANDE-châteaux MA Mayenne-V2