Conférence : histoire de la folie, par André Ménager, le 25 novembre 2017 à 14h30

Amphithéâtre de l’Université catholique de l’Ouest, entrée par le portail vert du boulevard Félix Grat, Laval.
Participation de  5€ pour les non adhérents.

 

Le Dr Charcot à la Salpétrière (1887). Tableau d'André Brouillet

Le Dr Charcot à la Salpétrière (1887). Tableau d’André Brouillet

La folie est un aspect fondamental de l’existence humaine.
Le mot « folie » reste en lui-même ambivalent, glissant perpétuellement de sens et cultivant à plaisir l’équivoque entre Morale, Religion, Art et Philosophie pour finalement devenir une science : la psychiatrie.

 

 

 

 

 

 

La Lithotomie ou extraction de la pierre de folie, Jérôme Bosch, vers 1494

La Lithotomie ou extraction de la pierre de folie, Jérôme Bosch, vers 1494

 

Ces évolutions s’inscrivent dans le sens des connaissances des différentes époques, bouleversant les modes de pensée jusqu’à remettre en cause les fondements mêmes du rapport de l’homme au monde.

De nouveaux articles dans La Mayenne, Archéologie, Histoire 2017

 

Nous sommes heureux de vous informer que trois nouveaux articles sont à votre disposition dans le volume 2017 de notre revue en ligne La Mayenne, Archéologie, Histoire :

  • Craon ou le haras éphémère (1773-1816), par Valérie Chapeau (ancienne adjointe du directeur du Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine du château de Sainte-Suzanne) – Dans les dernières décennies du 18e siècle, le marquis de la Forest-d’Armaillé, propriétaire du château de Craon, décide de fonder sur ses terres un haras. Cet établissement, réputé prospère, a été démantelé sous la Révolution. Ses bâtiments ont toutefois servi à l’implantation d’un dépôt d’étalons, sous l’Empire, entre 1806 et 1816. Ce haras privé et ce dépôt sont à l’origine d’une tradition toujours vivante d’élevage de qualité dans le Sud-Mayenne, spécialisé dans les chevaux de demi-sang.
  • Le cheval objet de toutes les attentions et contestations sous la Restauration (1816-1830), par Valérie Chapeau. – Après la fermeture du Dépôt d’Étalons de Craon, les destinées de la reproduction et de la production chevaline mayennaises ont été placées sous la responsabilité du Dépôt d’Étalons d’Angers. Malheureusement, les reproducteurs mis à disposition ne trouvent pas grâce auprès des cultivateurs de l’arrondissement de Laval et de Mayenne. L’amélioration des sols et de la production agricole n’ont pas encore commencé. Ce retard n’aide pas à améliorer la qualité des chevaux. Les concours institués par l’État et organisés par le Conseil général mobilisent davantage les riches propriétaires terriens que les cultivateurs, surtout quand l’État décide de faire entrer la Mayenne dans la catégorie des « pays naisseurs ». Les autorités locales plaideront en pure perte pour une situation mixte, où les « naisseurs » sont à égalité avec les « éleveurs ». Le sud de la Mayenne, quant à lui, creuse son avance en matière d’élevage équin sur le reste du département.
  • « La Poterie » à Ruillé-le-Gravelais, occupations néolithiques sur le tracé LGV Le Mans-Rennes, par Xavier Hénaff, Valérie Deloze, Philippe Forré et Véronique Guitton. – Cette opération de fouille menée sur la commune de Ruillé-le-Gravelais (Mayenne) a été motivée par l’aménagement de la ligne à grande vitesse Le Mans-Rennes. Le site révèle, sur une surface de 2,3 ha, des occupations successives comprises entre la fin du 5e millénaire avant J.-C. et le premier siècle de notre ère. L’objet de cet article est la phase la plus ancienne qui se caractérise par des structures dispersées sur l’ensemble de la surface décapée, datées de la fin du Néolithique moyen.

Rappelons que pour accéder à La Mayenne, archéologie, histoire, lire, télécharger ou imprimer les articles, nous avons le choix entre :

  • le site Internet de la SAHM : sahm53.fr (onglet « Revue en ligne ») ;
  • le site des Archives départementales (lamayenne.fr/fr/Archives53/Archives-en-ligne), onglet « Textes en ligne » puis « La Mayenne, archéologie, histoire ».

Contribution de la SAHM à la préparation du PLUI du pays de Laval

La protection du patrimoine bâti dans les plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLUI) ; une contribution de la SAHM pour le pays de Laval. A. Guéguen.

 

Patrimoine de la commune d'Ahuillé

Commune d'Argentré

Toutes les communautés de communes de la Mayenne se sont engagées dans la réalisation d’un PLUI qui se substituera aux documents d’urbanisme communaux. La phase de diagnostic est réalisée. Un projet d’aménagement et de développement durables décline la stratégie politique d’aménagement. Dans les multiples orientations retenues par les élus, le patrimoine remarquable et le patrimoine ordinaire sont pris en compte et constituent un enjeu à l’attractivité du territoire au même titre que le patrimoine naturel et paysager. Mais s’il n’est pas répertorié, connu dans le détail ou ne bénéficie pas d’une mesure de protection, il peut très bien être détruit, dénaturé, transformé.

Prenons l’exemple d’une maison du 15e s. ou du 16e s. avec un toit qui la caractérise, des éléments remarquables de façade, de belles ouvertures. On comprend qu’un habitant souhaite y vivre confortablement. Il bénéficiera même d’aides publiques pour en améliorer les qualités énergétiques. Mais qu’en est-il alors pour la qualité architecturale et le respect historique du bâti qui fait l’attrait de nos villes, villages, hameaux et lieux dits ?

commune d'Argentré

 

La SAHM prépare actuellement un ouvrage sur l’histoire et le patrimoine du Pays de Laval. Le groupe d’inventaire mène l’enquête depuis plus d’un an pour répertorier tous les éléments du patrimoine qu’on peut facilement observer et admirer dans quinze communes de l’agglomération hors Laval. Nos résultats seront connus de tous les acheteurs du livre en 2018 et enthousiasmera, nous l’espérons, tous nos adhérents.Châlons du Maine 02

En attendant, et sans perdre de temps, nous avons transmis nos données historiques et patrimoniales au service urbanisme de l’agglomération de Laval ; à charge pour lui de donner des prescriptions pour les contraintes d’urbanisme, les modifications de façade… qui s’imposeront jusqu’en 2030.

Sauvegarder le patrimoine, c’est un enjeu. Notre contribution est de l’inventorier, de le comprendre en étudiant son évolution historique et architecturale et enfin d’en partager la connaissance pour le valoriser par une présentation respectueuse du passé.

Photos : M. Fleury, J. Poujade.

Annonce de la parution d’un livre sur la préhistoire en Mayenne

Vient de paraître : Jacques Naveau, Saulges et la Préhistoire en Mayenne. Avec la collaboration de S. Hinguant, B. Jarri et R. Pigeaud. Évron, CCC, 2017, 196 pages, 92 illustrations.

La Vallée des Grottes de Saulges est exceptionnelle à un double titre : sa géologie, sa faune et sa flore, inhabituelles dans le Massif armoricain, lui ont valu d’être classée au titre des sites et d’intégrer le réseau Natura 2000 ; son patrimoine préhistorique en font le haut lieu du Grand Ouest pour le Paléolithique, longue période des chasseurs-cueilleurs ayant précédé la naissance de l’agriculture.

La présence d’un massif calcaire ayant subi une érosion karstique explique cela. Elle détermine les particularités du milieu naturel qui évoque plus les Causses que les paysages de l’Ouest. Pendant les grands froids de la Préhistoire, la vallée encaissée de l’Erve, bordée de grottes, a fourni un refuge tant pour les espèces végétales tempérées que pour les hommes après la saison de chasse. Saulges donne à la Mayenne un statut privilégié que renforce un patrimoine du Néolithique dans d’autres lieux du département.

Ce livre constitue le guide du Musée de Préhistoire de Saulges qui vient d’ouvrir ses portes en 2017. Il fait la synthèse des connaissances à Saulges et dans tout le département et présente les lieux accessibles au public.

En vente au Musée de Préhistoire de Saulges (02 43 90 51 30 – www.grottes-musee-de-saulges.com/contact).