CONFÉRENCE

CETTE CONFÉRENCE EST REPORTÉE A UNE DATE ULTÉRIEURE POUR CAUSE DE CONFINEMENT COVID 19

Samedi 21 mars, assemblée générale de l’association Châtillon/patrimoine.

Salle de Vauboire, rue de Vauboire, 53100, Châtillon-sur-Colmont

  • 14 h : assemblée générale.

Une occasion de découvrir l’association et ses activités. http://chatillonpatrimoine.free.fr/

  • 15 h : Conférence. L’église de Châtillon-sur-Colmont par Gervais Barré et Jacques Naveau

 Affiche Châtillon

L’église de Châtillon-sur-Colmont est un édifice massif, fortement marqué par la présence de six chapelles latérales et couvert de toitures à croupes lui donnant un aspect général que l’on serait tenté de situer au 17e ou au 18e siècle. Toutefois l’analyse du bâti montre une réalité plus complexe. Des éléments bien antérieurs sont conservés et le bâtiment s’est développé à partir d’une église romane à transept.

Châtillon-sur-Colmont est un cas d’école montrant comment la dendrochronologie, appliquée aux charpentes, permet de corriger les conclusions hâtives que l’on pourrait tirer de la simple observation de l’architecture et des charpentes elles-mêmes. Finalement, dans un bâtiment qui semblait assez homogène, la confrontation des techniques de datation a mis en évidence pas moins de treize phases principales de travaux, témoignages de la complexité que peut atteindre un édifice rural.

– Conférence le samedi 4 avril 2020 à 14 h 30 –

CETTE CONFÉRENCE EST ANNULÉE POUR CAUSE DE CONFINEMENT COVID 19

Archives départementales, salle Alphonse Angot.

Dans la limite des places disponibles.

Dans le cadre du cycle de conférences Les samedis de l’histoire, élaboré par la Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne et les Archives départementales de la Mayenne, Gérard Morteveille, responsable du Musée de l’Auditoire à Sainte-Suzanne présentera De la paroi de pierre à la feuille de papier : du dessin à l’écriture.

Conférence Morteveille 01

La mémoire est dépendante de celle de ses supports : de tous temps, l’homme a voulu laisser une trace de son passage sur des éléments naturels qui l’entouraient : la paroi rocheuse d’une caverne, le bois, le bambou, la terre, l’os, le papyrus, le parchemin, ou sur des matériaux plus précieux comme la soie, l’ivoire ou l’or, sans lesquels ces messages auraient été perdus… Des dessins sont devenus des pictogrammes représentant des choses, puis des idéogrammes stylisés représentant les sons d’une langue.

Conférence Morteveille 02L’histoire de l’écriture commence à Sumer, il y a cinq mille ans, où l’homme invente l’écriture, qui s’est développée spontanément dans différents lieux et à différentes époques pour conserver des comptes agricoles ou le récit d’événements importants. Désormais, quelques signes combinés suffisent à exprimer tous les sons d’une langue.

De la paroi de pierre à la feuille de papier, c’est sur ce cheminement dans le temps et l’espace que s’est inscrite la mémoire des hommes.

 

– Programme des activités 2020 (*)-

Toutes les conférences auront lieu aux archives départementales sauf celle du 16 mai qui aura lieu au CIAP de Sainte-Suzanne.

  • Samedi 8 février. La nature et les hommes : la construction du paysage rural dans la Mayenne de l’Antiquité au XXe siècle, Daniel Pichot.
  • Samedi 22 février. Patrimoine et histoire des communes de Laval agglomération. J. Naveau.
  • Samedi 7 mars. Chartrier du château de Fresnay ; à la découverte d’une famille à Saint-Domingue au XVIIIe siècle. Laurine Quetin
  • Samedi 21 mars 2020- 15 heures. AG Châtillon-patrimoine, Architecture de l’église de Châtillon-sur-Colmont. J. Naveau/G. Barré
  • Samedi 4 avril. Naissance de l’écriture : du dessin au papier. G. Morteveille.
  • Dimanche 26 avril, participation au livre en fête. Halles de Saint-Denis-d’Anjou.
  • Samedi 16 mai. Histoire du papier. Gérard Morteveille.  Suivie de visites en deux groupes : le moulin à papier (limité à 12 personnes et 5 euros) et l’exposition au CIAP sur le thème du papier.
  • Dimanche 24 mai, excursion autour de la Chapelle-Rainsouin.
  • Samedi 6 juin, conférence. Michel-Paul-Guy de Chabanon, un amateur ou un connaisseur au siècle des Lumières ?. Quetin.
  • Dimanche 28 juin, excursion en Maine-et-Loire.
  • Dimanche 2 août, participation à la fête du livre à Sainte-Suzanne.
  • Samedi 5 septembre. Les églises rurales du premier Moyen Age (Ve-XIe siècle) dans l’ancien diocèse du Mans et à ses confins. Alain Valais.
  • 11 et/ou 12 septembre, lancement publication Ambrières. Programme non établi.
  • Dimanche 27 septembre, excursion à Gennes-sur-Seiche (35).
  • Samedi 3 octobre, conférence aux AD53. Le mythe de Pégase. Delphine Thébault.
  • Dimanche 25 octobre, excursion en Charnie.
  • Samedi 14 novembre, conférence aux AD53. François Pyrard de Laval. Hervé Gérolami.

 (*) Ce programme est donné à titre indicatif.

Hommage à René Rebuffat

Nous venons d’apprendre le décès de René Rebuffat, qui a joué un rôle important dans l’étude de la forteresse de Jublains. Voici le communiqué reçu du laboratoire d’archéologie de l’Ecole Normale Supérieure. Je propose qu’il soit recopié sur le site Internet et dans le prochain bulletin mensuel de la SAHM

Nous venons d’apprendre avec grande tristesse la mort de René Rebuffat. Ancien élève de l’École Normale Supérieure (1952) et de l’École Pratique des Hautes Études, agrégé de grammaire, ancien membre de l’École française de Rome (1959-1961), détaché au service des Antiquités du Maroc en 1961, il a soutenu une thèse d’État sur Les dompteurs d’animaux de l’Italie romaine en 1975, après une thèse de IIIe cycle consacrée à Thamusida II. Le quartier du fleuve et le quartier Est en 1968. Il rejoignit le CNRS en 1963, où il fut successivement attaché, maître et directeur de recherche. Depuis 2005, il était directeur de recherche honoraire. Fondateur en 1976 de l’équipe de recherche (ER 207) sur l’« armée romaine et les provinces », il prit une part importante à la création du laboratoire d’archéologie de l’ENS, puis à celle d’AOROC (UMR 8546 CNRS-ENS) en 1991. Au cours d’une longue et riche carrière, il sut combiner sa passion pour l’archéologie et la philologie, pour l’Afrique du Nord et la Gaule, pour la recherche et l’enseignement. Il dirigea des missions archéologiques de premier plan au Maroc à Thamusida (1959-1963), où il retourna entre 1981 et 2002 pour explorer le Bassin du Sebou. Il dirigea une mission de prospection dans le pré-désert libyen (1967-1980), tout en prenant une part importante à la fouille d’Apollonia en Cyrénaïque (1976, 1977, 1979). Il prit aussi la direction du chantier du complexe fortifié de Jublains en Mayenne (1975-1990). Toujours en France, il mena une longue recherche sur les voies romaines et l’économie de la cité des Helviens (1981-2002). Comme philologue, il consacra de nombreuses études à la langue libyque comme à l’épigraphie latine. L’originalité de son parcours et ses multiples talents furent salués par le prix Toutain-Blanchet à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (1972). Il fut un membre éminent de la Commission d’Afrique du Nord et de la Société des Antiquaires de France. René Rebuffat forma au cours de ces différents programmes, comme lors des cours qu’il dispensa de 1971 à 1988 à l’École Normale Supérieure, de nombreux étudiants. Il fit soutenir un grand nombre de thèses. Tous les membres de notre laboratoire qu’il contribua à fonder, gardent un souvenir ému de celui qui fut un très grand savant.

Christophe J. Goddard, Stéphane Verger, Dominique Briquel ; (Laboratoire d’archéologie de l’Ecole Normale Supérieure).

 

 

Publications de René Rebuffat consacrées à Jublains

Jublains 1975. Cahiers du Groupe de Recherches sur l’Armée romaine et les Provinces, t. 1, 1977, p. 11-34.

La forteresse de Jublains avant la campagne de 1978. Travaux militaires en Gaule romaine et dans les provinces du Nord-Ouest, Caesarodunum, 1978, p. 334-343.

Le complexe fortifié de Jublains (Mayenne). Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1980-81, p. 18-21.

Le complexe fortifié de Jublains (Mayenne) après les recherches de 1981. La patrie gauloise d’Agrippa au VIe siècle, colloque de Lyon, 1981, p. 27-38.

Le complexe fortifié de Jublains après la campagne de 1978. La Mayenne : archéologie, histoire, t. 3, 1981, p. 19-26.

Jublains 1976, 1977, 1978. Cahiers du Groupe de Recherches sur l’Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 9-50 (catalogue du matériel avec la collaboration de I. Gabard).

Jublains : un complexe fortifié dans l’ouest de la Gaule. Revue archéologique, 2, 1985, p. 237-256.

Monnaies du complexe fortifié de Jublains (Mayenne). Mélanges offerts au docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris, Le Léopard d’Or, 1987.

Jublains (Mayenne). In : Archéologie de la France. 30 ans de découvertes, catalogue de l’exposition du Grand Palais, Paris, 27 septembre – 31 décembre 1989, Paris, éd. de la Réunion des Musées Nationaux, 1989, p. 346 (voir aussi cartes p. 291 et 301).

Le complexe fortifié de Jublains. In : Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, sous la dir. de J. Naveau. Rennes, 1997 (Documents archéologiques de l’Ouest), p. 271-289.

Les thermes du complexe fortifié. Ibid., p. 303-309.

Les techniques de construction dans le complexe fortifié. Ibid., p. 311-335.

Avenir des recherches sur le complexe fortifié. Ibid., p. 337-338.

Une monnaie de Carausius trouvée à Jublains. La Mayenne : archéologie, histoire, t. 27, 2004, p. 314-319.

En collaboration avec I. Gabard :

Inventaire du matériel archéologique conservé à Jublains. Cahiers du Groupe de Recherches sur l’Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 59-66.

En collaboration avec V. Brouquier :

Publication avec notes de : Diehl R., Jublains – Noiodunum (Mayenne), cité gallo-romaine. La Mayenne : archéologie, histoire, t. 6, 1984, p. 9-56.

Les trous de boulins de l’enceinte fortifiée de Jublains. Caesarodunum, actes du colloque Le bois dans la Gaule romaine et les provinces voisines, t. 21, 1985, p. 191-201.

En collaboration avec V. Brouquier et S. Crogiez :

Bibliographie historique. In : Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, sous la dir. de J. Naveau. Rennes, 1997 (Documents archéologiques de l’Ouest), p. 257-270.

NOUVELLE PUBLICATION : LAVAL AGGLOMÉRATION, HISTOIRE ET PATRIMOINE

Vient de paraître :

Laval Agglomération, histoire et patrimoine

Couverture 1ère

La Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne publie sous ce titre un livre au format « guide Michelin » comprenant 368 pages, 616 photos, 39 plans.

Ce livre raconte l’histoire et présente le patrimoine de chacune des 34 communes et de l’agglomération depuis les temps les plus anciens. Il s’adresse en priorité aux habitants eux-mêmes, mais aussi aux visiteurs de passage et à tous les curieux de l’histoire.

Fruit d’une enquête de terrain et de recherches dans les archives, il signale pour la première fois beaucoup d’éléments de patrimoine. Il propose des parcours de découverte dans chaque commune et dans l’ensemble du territoire.

C’est un moyen pour chacun de mieux connaître son milieu de vie, de découvrir, à côté des monuments réputés, tout un patrimoine modeste mais de qualité, d’apprendre à regarder et à apprécier.

Prix : 20 €.

En vente dans les grands magasins, les librairies et au siège de la SAHM, 16 rue du Centre, 53810 Changé (02 43 53 64 55 – histoire-archeo53@wanadoo.fr).

 

Les expositions

Les deux expositions

  • LES CHAPELLES DE LA MAYENNE : Sauvegarder et valoriser un patrimoine.

 Panneau expo chapelles

  • EN MAYENNE, LE TEMPS EST SOUS NOS YEUX !

Panneau expo patrimoine

… peuvent désormais être empruntées gratuitement.

Reportez-vous à l’onglet « PATRIMOINE » pour consulter les conditions d’emprunt.

 

REVUE EN LIGNE : DERNIERS ARTICLES PARUS

 

Nouvel article dans La Mayenne, archéologie, histoire

Un premier article est à votre disposition dans le volume 2020 de notre revue en ligne La Mayenne, archéologie, histoire :

Laurine Quetin, Le chartrier du château de Fresnay. « Un petit fonds Saint-Domingue ».

Les archives de la Mayenne possèdent « un petit fonds Saint-Domingue » constitué de neuf cartons à l’intérieur du chartrier du château de Fresnay. Il est dédié à la vie de Pierre comte de Pardaillan (1734-1815) ainsi qu’aux affaires de la famille de sa femme, Madeleine de Vezien (1754-1830) née à Saint-Domingue. La généalogie explique bien la présence de ce fonds en Mayenne. Tous les documents témoignent de la vie de trois familles (Chabanon, de Vezien et de Pardaillan) avant et pendant la révolution française entre l’île de Saint-Domingue et la France mais aussi de l’excellente santé de « la perle des Antilles » avant son effondrement. L’exploitation de plantations (canne à sucre) fut une source de richesse pour ces familles mais les rendit très vulnérables dans le contexte de la Révolution. Ce fonds en apporte de nombreuses preuves.

Rappelons que l’on peut lire, télécharger ou imprimer librement les articles de La Mayenne, archéologie, histoire  :

  • par le site des Archives départementales (https://archives.lamayenne.fr/article/lensemble-des-publications-de-la-mayenne-archeologie-histoire-en-ligne)

Pour mémoire , les articles 2019 :

  • L’ église Renaissance de Brée (Mayenne), mise en évidence de parties médiévales par Gervais BARRÉ, François DEVER, Nicolas FOISNEAU et Jacques NAVEAU
    Des travaux réalisés dans la seconde moitié du 16e s. ont donné à l’église de Brée une grande homogénéité stylistique, au point que l’on pouvait supposer sa reconstruction totale à cette époque. Des travaux de réfection des enduits extérieurs remettent en cause cette impression, faisant apparaître les traces de percements antérieurs à ceux du 16e s. Cela a amené à examiner les liaisons entre les différentes parties de l’édifice afin d’esquisser les étapes de son évolution.