Nouveau sur le site – Les dernières pages que vous pouvez consulter

Février 2018 – Oratoire et croix à Couesmes-Vaucé                                          PATRIMOINE – COMMISSION D’INVENTAIRE – 2018

Conférence du 24 Février 2018 : Louis Derbré                                                   ACTIVITES – 2018

Janvier 2018 – Fours et fournils                                                                            PATRIMOINE-COMMISSION D’INVENTAIRE – 2018

Décembre 2017 – Ambrières – Croix à Cossé-le-Vivien                                     PATRIMOINE-COMMISSION D’INVENTAIRE- 2017

Novembre 2017 -Chapelle à Brecé -Croix à la Chapelle -Anthenaise             PATRIMOINE-COMMISSION D’INVENTAIRE – 2017

REVUE EN LIGNE : DERNIERS ARTICLES PARUS

Les derniers articles de notre revue en ligne La Mayenne, archéologie, histoire pour l’année 2017 sont à votre disposition :

  • Craon ou le haras éphémère (1773-1816), par Valérie Chapeau (ancienne adjointe du directeur du Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine du château de Sainte-Suzanne) – Dans les dernières décennies du 18e siècle, le marquis de la Forest-d’Armaillé, propriétaire du château de Craon, décide de fonder sur ses terres un haras. Cet établissement, réputé prospère, a été démantelé sous la Révolution. Ses bâtiments ont toutefois servi à l’implantation d’un dépôt d’étalons, sous l’Empire, entre 1806 et 1816. Ce haras privé et ce dépôt sont à l’origine d’une tradition toujours vivante d’élevage de qualité dans le Sud-Mayenne, spécialisé dans les chevaux de demi-sang.
  • Le cheval objet de toutes les attentions et contestations sous la Restauration (1816-1830), par Valérie Chapeau. – Après la fermeture du Dépôt d’Étalons de Craon, les destinées de la reproduction et de la production chevaline mayennaises ont été placées sous la responsabilité du Dépôt d’Étalons d’Angers. Malheureusement, les reproducteurs mis à disposition ne trouvent pas grâce auprès des cultivateurs de l’arrondissement de Laval et de Mayenne. L’amélioration des sols et de la production agricole n’ont pas encore commencé. Ce retard n’aide pas à améliorer la qualité des chevaux. Les concours institués par l’État et organisés par le Conseil général mobilisent davantage les riches propriétaires terriens que les cultivateurs, surtout quand l’État décide de faire entrer la Mayenne dans la catégorie des « pays naisseurs ». Les autorités locales plaideront en pure perte pour une situation mixte, où les « naisseurs » sont à égalité avec les « éleveurs ». Le sud de la Mayenne, quant à lui, creuse son avance en matière d’élevage équin sur le reste du département.
  • « La Poterie » à Ruillé-le-Gravelais, occupations néolithiques sur le tracé LGV Le Mans-Rennes, par Xavier Hénaff, Valérie Deloze, Philippe Forré et Véronique Guitton. – Cette opération de fouille menée sur la commune de Ruillé-le-Gravelais (Mayenne) a été motivée par l’aménagement de la ligne à grande vitesse Le Mans-Rennes. Le site révèle, sur une surface de 2,3 ha, des occupations successives comprises entre la fin du 5e millénaire avant J.-C. et le premier siècle de notre ère. L’objet de cet article est la phase la plus ancienne qui se caractérise par des structures dispersées sur l’ensemble de la surface décapée, datées de la fin du Néolithique moyen.
  • Pour clôturer le volume 2017, notre revue La Mayenne, archéologie, histoire vient de recevoir un nouvel article, fruit d’une longue recherche menée par des membres de la SAHM en collaboration avec l’association Châtillon Patrimoine et avec l’aide du service du Patrimoine du Conseil départemental :
    Gervais Barré, Nicolas Foisneau et Jacques Naveau : Hypothèses chronologiques sur l’église de Châtillon-sur-Colmont.
    Au premier abord l’église de Châtillon-sur-Colmont, édifice fortement marqué par l’existence de pas moins de six chapelles latérales, présente un aspect dominant qui résulte des apports des 16e et 17e siècles. Toutefois l’analyse du bâti montre la conservation partielle d’un état antérieur qui est celui d’une église à transept d’origine romane. L’intérêt de son étude est de montrer comment l’étude dendrochronologique des charpentes permet de corriger les conclusions que l’on pourrait tirer de la simple observation de leur morphologie et de celle de l’architecture. Il en résulte la mise en évidence de treize phases principales de travaux, témoignages de la complexité que peut atteindre un édifice rural.

Rappelons que l’on peut lire, télécharger ou imprimer librement les articles de La Mayenne, archéologie, histoire de deux façons :

  • par le site Internet de la SAHM : sahm53.fr (onglet « Revue en ligne ») ;
  • par le site des Archives départementales (lamayenne.fr/fr/Archives53/Archives-en-ligne), onglet « Textes en ligne » puis « La Mayenne, archéologie, histoire ».

CONFERENCES DE BOUCHAMPS-LES-CRAON

Dans le cadre du cycle de conférences organisées en 2017 et 2018, l’association des AMIS DE BOUCHAMPS-LES-CRAON vous propose trois conférences gratuites:

  • le mercredi 18 avril à 18h30 : Bilan des restaurations des peintures murales et retables de l’église

Cliquer sur l’image pour agrandir

Conférences Bouchamps-lès-Craon

 

PARUTION DU LIVRE : « les châteaux du moyen-âge en mayenne »

Couverture - Les chateaux du moyen-age en MayenneLa Mayenne est souvent présentée comme le premier département français pour le nombre de châteaux habités. Profondément ancrés dans le paysage, ils symbolisent la réussite des élites et leur investissement dans le foncier, notamment aux 18e et 19e siècles.

 

 

 

 

 

L’héritage laissé par le Moyen Âge semble, au premier abord, plus discret. Pourtant, les châteaux construits à cette époque marquent durablement de leur empreinte aussi bien le territoire que l’imaginaire collectif. Mayenne, Sainte-Suzanne, Laval, Lassay-les-Châteaux et bien d’autres sites encore offrent la possibilité d’un voyage dépaysant dans l’intimité d’une période de l’Histoire, dont la vision est aujourd’hui en grande partie renouvelée.

C’est ce riche patrimoine que nous vous invitons à (re)découvrir à travers ces quelques pages servies par une iconographie originale et abondante.

Plus de détails en cliquant ici : Chateaux MA Mayenne_mailing général_sommaire et extrait

Bon de commande : BON-DE-COMMANDE-châteaux MA Mayenne-V2

Contribution de la SAHM à la préparation du PLUI du pays de Laval

La protection du patrimoine bâti dans les plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLUI) ; une contribution de la SAHM pour le pays de Laval. A. Guéguen.

 

Patrimoine de la commune d'Ahuillé

Commune d'Argentré

Toutes les communautés de communes de la Mayenne se sont engagées dans la réalisation d’un PLUI qui se substituera aux documents d’urbanisme communaux. La phase de diagnostic est réalisée. Un projet d’aménagement et de développement durables décline la stratégie politique d’aménagement. Dans les multiples orientations retenues par les élus, le patrimoine remarquable et le patrimoine ordinaire sont pris en compte et constituent un enjeu à l’attractivité du territoire au même titre que le patrimoine naturel et paysager. Mais s’il n’est pas répertorié, connu dans le détail ou ne bénéficie pas d’une mesure de protection, il peut très bien être détruit, dénaturé, transformé.

Prenons l’exemple d’une maison du 15e s. ou du 16e s. avec un toit qui la caractérise, des éléments remarquables de façade, de belles ouvertures. On comprend qu’un habitant souhaite y vivre confortablement. Il bénéficiera même d’aides publiques pour en améliorer les qualités énergétiques. Mais qu’en est-il alors pour la qualité architecturale et le respect historique du bâti qui fait l’attrait de nos villes, villages, hameaux et lieux dits ?

commune d'Argentré

 

La SAHM prépare actuellement un ouvrage sur l’histoire et le patrimoine du Pays de Laval. Le groupe d’inventaire mène l’enquête depuis plus d’un an pour répertorier tous les éléments du patrimoine qu’on peut facilement observer et admirer dans quinze communes de l’agglomération hors Laval. Nos résultats seront connus de tous les acheteurs du livre en 2018 et enthousiasmera, nous l’espérons, tous nos adhérents.Châlons du Maine 02

En attendant, et sans perdre de temps, nous avons transmis nos données historiques et patrimoniales au service urbanisme de l’agglomération de Laval ; à charge pour lui de donner des prescriptions pour les contraintes d’urbanisme, les modifications de façade… qui s’imposeront jusqu’en 2030.

Sauvegarder le patrimoine, c’est un enjeu. Notre contribution est de l’inventorier, de le comprendre en étudiant son évolution historique et architecturale et enfin d’en partager la connaissance pour le valoriser par une présentation respectueuse du passé.

Photos : M. Fleury, J. Poujade.