La Vierge de Senonnes

 

Une œuvre exceptionnelle est venue enrichir les collections du musée du château de Mayenne : une Vierge en bois du XIIe siècle, provenant de Senonnes (Mayenne), unique dans la région.

L’histoire de la « réapparition » (1) de cette Vierge oubliée et inconnue, est insolite. En effet, cette statue de bois a « survécu » au village de la Chauvelaie (commune de Senonnes), où, à la fin du XXe s., elle se tenait dans une ouverture haute, au pignon Est d’un petit bâtiment. Celui-ci n’était autre qu’une chapelle fondée au milieu du XVIIe s.
Après la désaffection de celui-ci au XIXe s., la Vierge fut posée dans l’ancienne baie du chevet, au-dessus de l’autel disparu, mais tournée vers l’est et exposée à l’air libre. C’est autour de 1985 que Mr et Mme Colas, alors agriculteurs près du terrain de la Chauvelaie (la Hertaie), ont décidé de protéger la statue en la conservant à l’abri dans la cave de leur maison, à Senonnes. La chapelle, délabrée, a été arasée par la suite.

En 2012, Jean-Claude Meuret (2) , qui a identifié et redécouvert la statue en préparant une conférence sur le patrimoine de la commune de Senonnes, a constaté que les sources écrites ne mentionnaient pas la présence de cette statue dans la chapelle. On ne sait donc pas d’où elle provient.
En 2012, grâce à l’impulsion de Jean-Claude Meuret et de Mr et Mme Colas (les donateurs), le musée a acquis cette Vierge en bois. Très altérée, la sculpture est perforée dans sa partie centrale et sa partie inférieure a disparu. Elle a subi des attaques d’animaux xylophages, (notamment des vers), et le bois qui la compose était, à sa découverte, fragile et friable.
A partir de 2013, cette statue a été l’objet d’une importante restauration.
Depuis le 11 octobre 2014, cette sculpture est exposée au musée de façon permanente. Elle trône dans la salle carcérale dédiée, en partie, au mobilier religieux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA              Vierge Senonnes
Cette Vierge sculptée en une seule pièce de bois (du tilleul) était à l’origine composée de plusieurs pièces assemblées (le trône, l’Enfant, les mains…) (3)
Cette sculpture correspond aux Sedes sapientae, c’est-à-dire, les sièges de sagesse, ou Vierges en majesté. Elle représente la Vierge Marie, assise sur un siège, tenant l’enfant Jésus, aujourd’hui disparu, sur ses genoux. Son visage, aux traits fins (4) est encadré par deux voiles qui se croisent et dissimulent sa chevelure, et sa tête est couronnée. Il subsiste quelques rares traces de polychromie.
Si des exemples de Vierge à l’enfant existent au Mans ou à Nantilly, la Vierge de Senonnes est la plus ancienne connue à ce jour, dans la Région des Pays de la Loire (4).
De ce fait, elle présente un intérêt patrimonial, scientifique et historique majeur.
Pruvot S., Meuret J-C., Davy C.

1-Meuret J.-C., Archéologue et historien « la statue et la chapelle de La Chauvelaie, SENONNES (Mayenne) », 24 octobre 2012
2-Blossier A., conservatrice-restauratrice d’œuvres sculptées, ayant restauré la Vierge de Senonnes.
3-Selon Agnès Blossier, le visage pourrait avoir été remanié.
4-Davy. C., chercheur au service du patrimoine, Pays de la Loire.

Les commentaires sont clos.