Juillet-Août

Actualités : ça s’est passé,se passe ou se passera en Mayenne ou ailleurs

Rubrique proposée par Stéphane Hiland et complétée par Bertrand Béranger

Juillet et août 2014 

 

L’équipage du bombardier Halifax MZ 532

crashé au Pont-Alain le 10 juin 1944

(coll. particulière)

lors de la cérémonie au Pont-Alain
Un hommage aux aviateurs tombés pour la libération près de Laval

Dans la nuit du 9 au 10 juin 1944, quatorze aviateurs de la Royal Air Force sont morts en mission à Entrammes et Saint-Berthevin. Deux stèles vont être dressées en l’honneur de ces combattants alliés.

Juin 1944. L’aérodrome d’Entrammes est au coeur des combats dès les premiers jours du Débarquement. Dans la nuit du 9 au 10, le 10e Squadron du Bomber Command de la Royal Air Force, dont la devise est Rem Acu Tangere (« Je frappe la cible ») est désigné pour effectuer une mission. Parti de Melbourne dans le Yorkshire en Angleterre, il doit bombarder l’aérodrome de Laval. Deux escadrilles allemandes de chasseurs bombardiers Focke-Wulf Fw 190 y sont stationnées.

Il est 00 h 15. « C’est encore la pleine lune. Elle offre une excellente visibilité sur l’objectif », précise le chef de bataillon honoraire Jean-Louis Cholet, président du comité de Laval du Souvenir français. Une vague de 25 bombardiers s’apprête à lâcher ses projectiles. Arrivant sur un axe Nord-Ouest, avant même l’attaque, un des appareils est victime de la défense antiaérienne allemande (Flak). Le « MZ 532 », un quadrimoteur Handley Page Halifax III, se fait toucher à Saint-Berthevin (à l’emplacement de l’actuelle résidence La Girandière) par un poste de la Flak. Le bombardier lâche ses bombes près du bois de L’Huisserie (à hauteur de l’actuel lycée agricole) avant de venir s’écraser en flammes au lieu-dit Le Pont-Alain, à Saint-Berthevin.

Il est 00 h 21. À bord sept hommes : un Australien, le pilote, et six Britanniques trouvent la mort. « Ils n’ont pas eu le temps de sauter. Ils se sont écrasés en 20 à 30 secondes. Les corps du navigateur Handerson et du mitrailleur Wicks, horriblement mutilés, ont été enterrés dans un même cercueil, poursuit Jean-Luc Peslier, président de l’amicale mayennaise de l’Armée de l’Air. La cible n’étant pas grande, nous pouvons supposer que l’attaque a eu lieu à moyenne altitude. C’est ce qui pourrait expliquer que l’équipage n’a pu sauter avant le crash. »

Les 24 autres bombardiers ont continué leur mission. Ils frappent l’aérodrome qui devient un chantier. Dans l’attaque, un deuxième Halifax, le « MZ 684 », est touché par la défense allemande. Il est 00 h 30. « Il s’abat à la sortie sud du village d’Entrammes dans un champ situé derrière la ferme Les Poiriers. » L’équipage, cinq Britanniques et deux Canadiens, est décimé. « Leurs corps ont été récupérés par les fermiers du coin sous contraintes des Allemands qui ne voulaient pas se disperser. Seuls les corps du pilote et du mécanicien étaient identifiables. » Les quatorze aviateurs de la Royal Air Force reposent depuis au cimetière Vaufleury.

À l’occasion du 70e anniversaire du Débarquement, l’amicale mayennaise de l’Armée de l’Air a décidé de rendre un hommage marqué aux quatorze aviateurs. Mardi 10 juin, elle inaugurera deux stèles sur les lieux des deux crashs aériens, à Entrammes et à Saint-Berthevin. En présence de représentants de l’ambassade du Canada, de Grande-Bretagne, des porte-drapeaux mayennais, d’un représentant du préfet de la Mayenne et de 19 membres des familles des deux équipages. « Les stèles mesurent 1,9 m de haut pour 1 mètre de large. Le nom, la photo et l’insigne de chaque aviateur y seront gravés », indique Jean-Louis Cholet. Vingt-cinq ans de recherches lui ont été nécessaires pour entrer en contact avec les descendants des deux équipages, « pour que la mémoire du sacrifice de ces 14 aviateurs ne tombe pas dans l’oubli ».

Source : Ouest-France, édition du 5 juin 2014

 

 

Eglise de Saint Julien des Eglantiers.

L’association « Sauvegarde et Mémoire de l’église de Saint Julien des églantiers » organise, pendant le week-end du 14 juillet, deux expositions :

Les Jardins de Curés présentée par l’APEO : Reproduction des plantes présentes dans les jardins, pour décorer l’église, se soigner ou s’alimenter.

La place des femmes pendant la Guerre 14-18 : Comment les femmes se sont organisées, dans la campagne, dans l’industrie, dans les services, pour pallier à l’absence des hommes partis à la guerre. Présentation en scènes de la vie des femmes, reproductions d’affiches, de photos.

– Artisanat de tranchées et objets ayant appartenus à deux soldats de Saint Julien.

– Venez retrouver vos ancêtres sur des photos de familles locales.

– Les soldats de la Mayenne, classés par commune, tués à la guerre 14-18.

Dates : 12-13-14 Juillet de 14h00 à 18h00. Contact : 0607528407

 

 

Conférence : jeudi 28 août 2014 à 14h30 – St Augustin dans le Maine, une histoire méconnue du patrimoine mayennais

par Sophie Ravary.

De l’époque médiévale à nos jours, retour sur l’histoire des chanoines réguliers de saint Augustin qui vécurent dans le Maine entre l’abbaye royale de la Roë et les chapelles seigneuriales telle celle de Varennes-l’Enfant.

La conférence aura lieu au prieuré Sainte-Marie de la Cotellerie, 53170, Bazougers. Salle St Jean (à côté de l’église) – Tarif : 5€.

 

 

On nous signale : Sainte-Suzanne – Un territoire remarquable en Mayenne

Collection Cahiers du Patrimoine, nº 106, 384 pages, 30 €.

« Consacré à la petite ville mayennaise de Sainte-Suzanne et aux communes qui l’environnent, le 106e « Cahier du Patrimoine » offre une synthèse inédite sur un riche patrimoine qui n’est trop souvent abordé qu’à travers l’évocation de la résistance victorieuse de la forteresse face aux troupes de Guillaume le Conquérant.

Issu d’une étude d’inventaire topographique, il révèle la densité insoupçonnée de l’architecture médiévale, tant militaire ou religieuse qu’aristocratique ou agricole. Il rend compte dans la longue durée de la permanence de l’architecture des fermes, par-delà la révolution agricole du XIXe siècle. Il met aussi en évidence une activité artisanale et industrielle basée sur l’utilisation de l’eau et l’exploitation de la forêt, du minerai de fer et du charbon jusqu’à l’aube du XIXe siècle.

Abordant également le décor des églises, le livre fait, pour la première fois, un point sur la foisonnante production des ateliers de sculpture d’Évron. Il montre aussi l’attachement local à cet art, qu’illustre la nombreuse et remarquable statuaire en terre cuite qui ornait les retables lavallois construits après le concile de Trente ».

 

Alleaume, père et fils : lumière sur une famille d’artistes Exposition aux Archives départementales de la Mayenne, 6 place des Archives, Laval.

Du 28 avril au 29 août 2014.

Horaires d’ouverture : 9h – 17h du lundi au vendredi.

Entrée libre.

D’origine angevine, la famille Alleaume a donné à la Mayenne deux acteurs de la scène artistique locale de la première moitié du XXe siècle : Auguste et Ludovic Alleaume. Leur père, Auguste Symphorien, horloger et créateur, est le concepteur de l’horloge astronomique du Musée des sciences de Laval.

De 1893 à 1937, Auguste Alleaume, peintre verrier, dirige le seul atelier de vitrail présent dans le département, à une époque où près de la moitié des églises de la Mayenne sont agrandies ou entièrement rebâties. Les vitraux conçus et réalisés par Auguste Alleaume sont encore visibles aujourd’hui dans de très nombreuses églises du département. Son frère Ludovic, artiste peintre installé à Paris, le seconde régulièrement dans la réalisation des vitraux et participe à la décoration de plusieurs édifices en Mayenne.

La connaissance des œuvres d’Auguste et Ludovic Alleaume a été récemment approfondie, notamment grâce à l’étude des archives familiales confiées aux Archives départementales de la Mayenne en 2008. Ce fonds complète les dessins et archives d’atelier remis au musée du Vieux-Château de Laval il y a une trentaine d’année.

 

Les Archives départementales de la Mayenne vous proposent de découvrir aujourd’hui l’histoire et le parcours de cette famille originale et créative à travers des photographies, des documents originaux et des représentations des œuvres de Ludovic, le peintre, et d’Auguste, le maître-verrier. Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de Sainte-Suzanne vous plongera quant à lui, à compter du 28 juin, dans l’univers professionnel d’Auguste : l’atelier du maître-verrier. Enfin, le musée du Vieux-Château de Laval réalisera en fin d’année une rétrospective de l’œuvre de Ludovic.

Sources : Archives départementales de la Mayenne

La salle de lecture des Archives départementales de la Mayenne sera fermée au public du 4 au 14 août 2014.

 

Toute l’équipe des Archives de la Mayenne vous souhaite un bel été et espère vous retrouvez nombreux dès le lundi 18 août.

 

L’Oribus n° 90 de mai 2014 est paru.

Au sommaire : Témoins et destinées 1943-1944

– Des « Malgré-nous » polonais dans la Résistance par Jean Chauvin

– Perspectives au printemps 1944 par Jocelyne Dloussky

– 3 août 1944, libération de Landivy par Jacques Deluen

– L’été américain de Francis Kérébel par Francis Kérébel

– Destin tragique pour l’ancien « poilu » par Dominique Delaunay

– Être jeune et brancardier à Laval en août 1944 par Jean Maline.

Du côté des Expositions, des Musées…
La ville de Laval propose

Renseignements :

Office de Tourisme du Pays de Laval 02.43.49.46.46

Service Patrimoine – Ville de Laval 02.43.59.04.45

 

« Mémoire de la Grande Guerre à Laval »

Tout au long de l’été, dans la ville, seront présentés par voie d’affichage des vues anciennes de Laval ainsi que des portraits de soldats du 124ème régiment d’infanterie. L’occasion d’un voyage dans le passé doublé d’un devoir de mémoire, éclairé par le discours d’un guide-conférencier… en partenariat avec le club cartophile de la Mayenne

Chaque mercredi à 17h entre le 9 juillet et le 27 août, RDV Monument aux morts, square du maréchal Foch – Visite gratuite

 

UN CIRCUIT DECOUVERTE EXCEPTIONNEL : Laval, de place en place

Équipé de votre tablette numérique ou de votre smartphone, arpentez les places de Hercé, de La Trémoille et du 11 novembre à la découverte des joyaux disparus du patrimoine lavallois. Au gré de votre parcours, réapparaîtront sous vos yeux ébahis le palais de l’industrie, la halle aux légumes ou le château à motte des origines. Un circuit dépaysant à vivre à votre rythme, tout au long de l’année.

Du 11 juillet au 29 août, chaque vendredi à 17h, suivez les explications d’un guide-conférencier sur ce parcours – RDV place de Hercé, sur le parvis de la salle polyvalente – Visite gratuite

DES PROJECTIONS COMMENTEES : Laval et sa machine à remonter le temps

Avec la vallée de la Mayenne en 1460, Laval en 1753 et 1854, ainsi que les différentes étapes d’évolution du château entre le 11ème et le 21ème siècles, le service Patrimoine vous propose un voyage original à la découverte des secrets de l’Histoire en réalité virtuelle.

Le samedi et le dimanche à 17h en juillet et août – RDV cour du vieux-château, au bas de la tourelle de Clermont – Visite gratuite

Quand le Patrimoine se met en scène : Les visites-spectacles

EN JOURNEE : Au château, les murs ont des oreilles !

Équipé d’un étrange appareil, le farfelu professeur Godard ausculte les entrailles du vieux-château à la recherche des sons du passé. Peut-être parviendrez-vous à l’aider dans sa quête de vérité historique ? Un moment savoureux de découverte et d’humour à partager en famille.

Le mardi à 15h30, entre le 8 juillet et le 26 août – RDV accueil du musée du Vieux-château – Tarif : 2 euros

EN SOIREE : La Face des Étoiles en version Patrimoine

Pour la deuxième année consécutive, les animations nocturnes organisées par le service Patrimoine prennent place dans la programmation culturelle estivale. Aux côtés du cinéma en plein air, des arts du cirque et des concerts, elles offrent pour petits et grands le moyen de découvrir la riche histoire de la ville tout en s’amusant.

Sur les traces de François Pyrard, marchand et aventurier

Mai 1601 : François Pyrard embarque à Saint-Malo en direction des Indes. De retour dix ans plus tard à Laval, il nous conte par le détail sa vie aventureuse, entre naufrages et abordages. Le temps d’une soirée d’été, découvrez en famille le destin méconnu de ce navigateur lavallois au cours d’une visite théâtralisée pleine de surprises et d’action … Avec la participation de Remi Fonteix et de la troupe Arma Temporis

Mardi 22 juillet, 5 et 19 août à 20h30 – RDV place des 4 docteurs Bucquet – animation gratuite – Jauge limitée à 80 personnes (réservation obligatoire auprès de l’accueil du Vieux-château 02.43.53.39.89)

Le bateau-lavoir Saint-Julien

Sauvé des eaux après avoir fait naufrage, le bateau-lavoir Saint-Julien a fait l’objet d’une importante restauration avant d’être réinstallé en bord de rivière en octobre 2013. Tout l’été, redécouvrez ce patrimoine original, témoin unique des activités de buanderie d’autrefois.

Du 1er Juillet au 31 Août, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Fermé le lundi et le dimanche matin. Entrée gratuite

ECOUTER, SE DETENDRE : Café d’histoires

Avant la reprise du travail ou la promenade de l’après-midi, venez écouter, autour d’une tasse de café offerte pour la circonstance, les grandes et les petites histoires qui ont fait Laval.

Chaque mercredi à 13h15 entre le 9 Juillet et le 27 Août, RDV place de La Trémoille, esplanade du château-neuf – Animation gratuite

Des animations en partenariat pour découvrir le Patrimoine sous toutes ses facettes

Images d’histoire, histoires d’images

Utilisée dans les manuels scolaires dès la fin du 19ème siècle, l’image d’Histoire contribue à développer chez l’écolier la connaissance des événements fondateurs de la nation française. Néanmoins, elle favorise en même temps dans la mémoire collective le développement de clichés en décalage avec la réalité. Retour sur ce passé pas si lointain où les cours d’Histoire étaient animés de figures de héros légendaires.

Musée vivant de l’école publique, impasse Haute-Chiffolière, du 10 février 2014 au 21 août 2015, Tarif : 1 euro

 

Le CIAP de Sainte-Suzanne

Pour en savoir plus : http://www.chateaudesaintesuzanne.fr

 

Exposition : « Auguste Alleaume (1854-1940), maître-verrier lavallois » : À partir du samedi 28 juin : Entrée du CIAP

Le service du patrimoine du Conseil général de la Mayenne s’est attaché ces dernières années à réhabiliter l’oeuvre du peintre-verrier lavallois Auguste Alleaume (1854-1940). Son atelier, dont l’activité dura de 1893 à 1937, marqua profondément la production verrière de l’Ouest de la France. Dans le Maine, près de 200 édifices civils ou religieux en conservent la trace. Pourtant, aussi dense soit son oeuvre, elle reste encore méconnue du grand public.

Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine a donc décidé de révéler au public l’œuvre de cet artiste ainsi que le savoir-faire verrier à travers son exposition temporaire annuelle. Pédagogique et vivante, cette présentation s’articule autour de trois sections thématiques : l’œuvre d’Auguste Alleaume, le processus de création d’un vitrail, la restauration des vitraux.

 

Le château de Mayenne

Pour en savoir plus :http://www.museeduchateaudemayenne.fr 

 

Exposition temporaire du 30 mai au 21 septembre :

« Instants Japonais »

En l’honneur des 50 ans du club de Judo, le musée vous invite à découvrir le Japon, au travers de l’exposition « Instants Japonais ». Pourquoi « instants » ? Car c’est plus qu’une simple exposition, c’est tout un univers que nous avons recréé afin de vous plonger dans le monde fascinant du pays du soleil levant et ainsi amener un peu de sa culture et de sa poésie au château…

Au programme, une exposition des photos de l’artiste Mike Chenut pour s’émerveiller, un jardin zen d’inspiration japonaise pour se relaxer, un coin lecture pour découvrir, de nombreuses visites et animations pour apprendre et beaucoup d’autres surprises !

 

Le musée de Jublains

Pour en savoir plus : http://www.museedejublains.fr/

Exposition « sur les rails de l’histoire »

Tout le monde a pris connaissance de la mise en service, en 2017, d’une nouvelle Ligne à Grande Vitesse entre Rennes et Le Mans. Les travaux liés à sa construction, menée par Eiffage Rail Express, occupent déjà notre espace quotidien et impressionnent par leur envergure titanesque. Les premiers présents sur cet immense chantier ont été les archéologues, qui, depuis 2009, ont patiemment étudié les traces du passé disséminées sur les 214 km du tracé. Cette exposition fait le bilan de ces fouilles hors normes et de leurs principales découvertes.

A Jublains, des objets originaux sont présentés pour la première fois au public, ainsi que des maquettes et des dessins, de manière à mettre en valeur l’archéologie de la LGV en Sarthe et en Mayenne.

 

Fouilles de la domus (16 juin -1er aout 2014)

Chantier visible sur le parcours archéologique ; panneaux informatifs sur les dernières découvertes

Accès libre et gratuit

Visites guidées du chantier, les jeudis 3, 10, 17 et 24 juillet, à 15h

Pour connaître les découvertes du jour et voir des objets tout juste sortis de terre

Tarif : 2 € ; rendez-vous à l’accueil du musée

 

Les commentaires sont clos.