Rapport moral assemblée générale 2014

Hommage à Bertrand Béranger

Bertrand est décédé au début de septembre, discrètement, rapidement, dans une occupation qui le rendait heureux, une balade en forêt à la recherche des champignons. La veille, comme chaque mardi, nous l’avions vu au local. »Allez! au boulot maintenant, les vacances sont finies » avait-il lancé en riant en guise d’entrée. Il nous paraissait évident de commencer cette assemblée générale par un témoignage d’estime et une marque de respect pour l’homme et son action appréciable au sein de la SAHM.
Bertrand était un homme de compagnie agréable. Ceux qui sont des habitués de nos activités et excursions connaissaient bien Bertrand toujours présent et de bonne humeur. Il se mêlait facilement aux autres. L’appareil photo autour du cou semblait faire partie de lui. Il baladait cet oeil à la recherche du cliché humoristique qu’il fallait saisir. Aucune difficulté relationnelle, c’était simple et sans détours. Il était également un bénévole associatif convaincu. Il faisait partie de ces personnes pour qui l’engagement associatif est une valeur dans la vie et dans la société. Il a adhéré à notre association lorsqu’il fut à la retraite et très vite il s’engagea au CA puis au bureau. Il était un administrateur très présent. Il répondait à l’appel pour les travaux physiques (déménagement, livraisons, bricolage). Il ne rechignait jamais quand on avait besoin de lui. Il s’est beaucoup investi dans la commission vie scolaire dans laquelle il se sentait bien puisque dans sa fonction d’instituteur au Bourny il avait accordé une grande importance à éveiller ses élèves à l’histoire locale. Mais c’est surtout comme webmaster qu’il s’est royalement illustré. Vous savez tous avec quel soin, quelle précision, quel suivi, il animait la vie de notre site pour qu’il soit toujours le plus vivant et le plus à jour possible. Bertrand aimait travailler en équipe .Il s’intéressait aux recherches et travaux des autres, partageant ses travaux aux archives. Je me souviendrai surtout de son engagement dans la mise en page de la revue en hommage à Dominique Eraud. Nous n’avions pas les moyens financiers de payer un infographiste. Jacques Naveau s’est alors lancé dans l’inconnu pour composer les 280 pages. Bertrand n’a pas hésité à se mobiliser avec lui, même si ce travail lui paraissait compliqué. Ils ont travaillé d’arrache-pied pour que naisse cette revue.  » L’aventure en valait la peine », a-t-il avoué ensuite, « j ai appris à faire quelque chose et avec Jacques ce fut l’occasion de nous connaître plus profondément ». Tel était Bertrand… Il reste encore bien vivant parmi nous.

Rapport moral et d’activités.

Ce ne sera pas un rapport énumératif mais de grandes lignes dominantes sur lesquelles vous apporterez vos avis et impressions. Une année pendant la quelle a soufflé un vent d’optimisme… L’an dernier, j’évoquais ici les sujets d’inquiétude pour le monde associatif et pour notre devenir, notamment dans le domaine financier. Il s’agissait de se réveiller rapidement, de ne pas s’aliéner dans des montages de dossiers chronophages et aléatoires. Finalement d’essayer de se prendre en main et d’avancer.
Et bien, il faut reconnaître, en faisant le bilan annuel, que nous avons été poussés et portés par un agréable zéphyr réconfortant et tonifiant. Les valeurs de l’association sont restées prioritaires et son rayonnement s’est un peu affirmé.
Un des faits marquants qui vont en ce sens sont la fidélisation des adhérents. Ces 7 dernières années il était force de constater que nous perdions en route entre 100 et 120 adhérents par non renouvellement et une inconstance réelle d’une année à l’autre. Une attention plus soutenue sur ce sujet a permis pour 2014 une nouvelle donne. Nous sommes passés à 318 adhérents et seules 29 adhésions n’ont pas été renouvelées. 42 nouveaux adhérents nous ont rejoints. L’effort apporté par quelques-uns dans la promotion de l’association a été fructueuse. L’opération portes ouvertes de fin novembre a été une bonne réussite tant par le nombre de personnes qui se sont déplacées au local que par le nombre de ventes opérées ce jour là à prix promotionnel. Ce n’était généralement pas qu’un simple passage mais un intérêt porté à nos publications, nos buts et l’occasion de poser des questions sur des recherches précises. Ce 22 novembre, ce sont une cinquantaine de personnes qui sont venues et 96 ventes réalisées. L’après-midi, plus de 100 personnes ont participé à la découverte du petit patrimoine de Changé.
Les excursions ont été plus suivies. Les diaporamas vous les rappelleront. L’an passé, je m’étais fait la porte-parole du découragement tout à fait normal des organisateurs vis à vis du désintérêt pour nos propositions mensuelles. Nous envisagions même d’en diminuer le nombre. Après discussion avec vous il a été décidé de persévérer encore une année. Ce fut une surprise; Elles ont connu le succès malgré l’éloignement et le temps affreux comme à Bourg-le-Roi ou Saint-Germain-le-Guillaume. Elles furent très conviviales et les pique-niques des occasions de rencontres dans de beaux cadres.
En avril, par contre, malgré une programmation de tables-rondes de haut niveau et un travail d’organisation bien soutenu de nos plus jeunes administrateurs, le lancement de la revue en hommage à D. Eraud n’a pas eu le retentissement escompté. Cette année à venir, nous avons opté pour la venue d’une nouvelle génération de préhistorien et d’historiens. Espérons que ces conférences attireront des auditeurs qui ces dernières années composent une assistance un peu maigrelette.
Une autre satisfaction tient à la hausse de nos ventes qui permettent d’équilibrer le budget. Cela tient en partie à la multiplication de nos points de vente. Notre valeur sure reste le guide du patrimoine de Jacques Naveau dont la première édition est désormais épuisée. Mais les ventes inespérées sont celles de cette publication de décembre sur les mayennais dans la Grande Guerre. 400 exemplaires ont été vendus en un mois à peine. Egalement, notre présence à la librairie Cultura un samedi a permis d’atteindre un nouveau public.
C’est également un nouveau public que nous rencontrons lorsque nous donnons des prestations à des associations adhérentes. Ainsi, nous avons eu le plaisir de faire découvrir à l’Amicale des conseillers généraux Evron, Lassay, Renazé, Entrammes. Ces moments de rencontres se sont toujours révélés agréables. Cette initiative demande à être continuée.
Enfin, un travail commun entre la SAHM et la commune de Changé, notamment sur le site d’Ardenne permet de faire valoir nos compétences (ce que nous ne faisons guère) et de travailler d’une manière nouvelle. Dans cette démarche, la municipalité nous apporte toute sa confiance en nous versant une subvention de 3900 euros afin d’approfondir le travail. Cette collaboration ne peut être que positive et dans conduite à long terme à travers d’autres opérations plus variées.
Lorsque nous évoquons toutes ces occasions où nous nous rencontrons, il est évident que le temps partagé reste une valeur que vous appréciez. Au-delà des objectifs principaux de notre association qui est de porter la connaissance et la découverte de l’histoire et du patrimoine, nous devons prendre en compte cette notion de convivialité nécessaire et essentielle. Vous venez avec nous, naturellement parce que vous aimez votre département et son histoire, mais aussi parce que vous pouvez rencontrer d’autres personnes que vous finissez par mieux connaître et apprécier, discuter à bâtons rompus, pique-niquer dans des lieux inaccessibles autrement…tout un lien social qui se crée et s’affirme tout au long de l’année. Mais nous vivons une époque où les liens se détricotent aussi vite qu’ils se sont tricotés pour des tas de raisons diverses. Nous devons donc rester en alerte pour garder à l’esprit cette certitude que les relations établies entre nous font aussi partie des forces auxquelles nous croyons pour l’avenir de notre société.

Rapport d’orientation

Après avoir entendu les nombreuses actions égrenées tout au long de l’an passé, comment devons-nous nous orienter pour 2015? Quelles directions devons-nous suivre afin de répondre aux attentes des adhérents actuels, bien différents de ceux d’il y a 10 ans, et essayer d’en séduire de nouveaux?
Il va falloir faire preuve de pragmatisme. Ce n’est plus un secret: l’argent se fait rare pour les associations sauf peut-être pour certaines qui permettent d’entretenir la ferveur populaire. Face à cette situation nous devrons faire preuve de réalisme stratégique pour trouver les options qui vont donner envie de continuer. La préoccupation financière devant l’insuffisance de nos ressources ne doit pas nous refermer mais nous donner des forces nouvelles pour affronter une réalité que nous n’étions pas habitués à connaître.
Nous avons longtemps fui les contraintes matérielles, nous adonnant principalement à l’écriture,à la recherche. Désormais, nous n’avons plus à rougir de nous pencher sur l’opportunité d’actions marchandes pour trouver divers financements nécessaires à la continuité de ce que à quoi nous croyons. L’effort à fournir doit se faire sur l’augmentation du nombre d’adhérents, des ventes plus importantes de nos publications, de la recherche de partenariats actifs, des offres ponctuelles au x communes etc.
Parler d’argent, il y a quelque temps semblait indigne d’une société au long héritage comme le nôtre. Nous devons penser aussi rémunération quand nous acceptons de faire des visites, conférences, déplacements, recherches… Un côté terre à terre pour continuer à vivre et offrir à notre département recherche et vulgarisation..
Il ne s’agit pas toutefois de tomber dans un mercantilisme obsessionnel et d’oublier le projet associatif. Nous essayons d’apprendre à faire autrement sans altérer la nature même de notre structure. A nous d’agir pour être un acteur reconnu dans le domaine qui nous est propre et de nous donner une place dans l’espace public. Le temps où les associations vivaient sur un oreiller mœlleux de subventions en dédaignant les contingences matérielles est révolu. Il faut désormais être inventif pour préparer l’avenir. Les lamentations par rapport à ce qui se passait avant ne résolvent rien. Elles ne font que geler nos réflexions et nos actions. Les menaces, les freins à la dynamique associative nous les connaissons. Ce qui est nécessaire c’est de les dépasser en sollicitant notre esprit inventif afin que notre rôle de passeur à la génération suivante laisse une association vivante, de son temps et non un semblant de regroupement vieillot et obsolète.
Certes c’est au conseil d’administration d’exciter ses neurones mais aussi à vous adhérents de faire des propositions, réfléchir à de nouvelles voies d’interventions. Ce n’est pas facile de prendre en compte un contexte sociétal où l’engagement est éphémère, évènementiel. Si nous restons figés, peu audacieux, nous allons nous éteindre à petit feu. Il faut reconnaître que notre CA a sans doute été un peu somnolent dans sa recherche d’actions innovantes. Il doit se persuader que l’avenir est dans la créativité et non dans le répétitif et l’habituel. Pas besoin d’actions très surprenantes et imposantes mais de petites touches régulières qui feront que les adhérents resteront, que notre rôle scientifique sera notoire et apprécié, que le lien social que nous développerons fera de la SAHM une association où il fait bon venir pour connaître, apprendre, se rencontrer. Le groupe inventaire en est déjà un bel exemple par son enthousiasme parfois trop tous azimuts mais combien sympathique et passionné. Nous hésitions à engager une journée portes ouvertes (pas de spectacle, rien à gagner) ; elle fut un très bon moment. De la même façon les randos-patrimoine sont l illustration de la réussite. Ce n’était pas gagné de faire se déplacer ensemble passionnés de marche et passionnés de patrimoine Le résultat nous a bluffés!! L’ambiance y est formidable et l’intérêt de tout le monde vraiment une réalité.

Osons donc! S’ouvrir sur le monde est une nécessité. Soyons inquiets mais pas résignés. Nous avons encore notre rôle et notre prise sur le temps à venir. Nos buts restent bien vivants si nous savons les adapter à notre époque. Et pour cela aussi il est utile d’associer de plus en plus de bénévoles. Le rôle du bénévole évolue. Bien des gens ne souhaitent plus s’impliquer dans un projet associatif mais par contre sont prêts à agir ponctuellement pour leur association. Si certains adhérents utilisent l’association comme lieu de consommation en attente de retour sur investissement, la plupart se sentent responsables. Dans les tâches quotidiennes, nous nous rendons compte de notre nombre insuffisant et que nous avons besoin d’aide. Pour que cette demande de collaboration ne reste pas un souhait lancé en l’air, nous avons listé quelques appels à engagements qui seraient les bienvenus pour cette année et cela dès aujourd’hui même. (Cette liste est consultable au secrétariat à Changé)

Les commentaires sont clos.