Assemblée 2009

 

Samedi 24 janvier 2009 : Assemblée générale annuelle : L’assemblée et les intervenants.
 

Stéphane Hiland : Président
Michel Dloussky : Trésorier
Erwann Madigand : Secrétaire

 

 

 

Rapport moral et d’orientation

(Par Stéphane HILAND, président de la SAHM)

A l’heure de dresser le bilan de l’année écoulée, nous ne pouvons, dans un premier temps, que regretter la perte endurée par notre association et plus largement par le milieu archéologique du grand ouest à l’occasion du décès de Roger Bouillon des suites d’une longue maladie. Enseignant pendant près de 30 ans au collège Pierre Dubois à Laval, ce natif de Saint-Berthevin nous laisse le souvenir d’un homme dynamique et passionné, dont le penchant naturel pour l’action allié à son goût pour l’histoire l’ont conduit en juin 1967 à la tête d’un groupe de spéléologue amateur à découvrir la grotte bientôt baptisée Mayenne-Sciences dans le canyon de Saulges. « Inventeur » de ce site rupestre d’exception, Roger Bouillon accepte dès lors de devenir le correspondant départemental des antiquités préhistoriques. A ce titre, il œuvre plus particulièrement à la connaissance du monde néolithique en fouillant puis restaurant les sépultures mégalithiques du Petit Vieux Sou à Brécé, de la côte 197 à Vautorte, de la Hutte aux Gabelous à Saint-Mars-sur-la-Futaie et de la Hamelinière à Chantrigné. Pour mémoire, rappelons que dans le dernier numéro de « Mayenne, archéologie, histoire » consacré au patrimoine et pratiques funéraires, Jacques Naveau a offert une synthèse des travaux conduits tout au long de sa carrière par Roger Bouillon qui, au delà de ses compétences reconnues de préhistorien, apparaît comme le digne représentant d’une génération de bénévoles passionnés qui ont contribué ces quarante dernières années à la reconnaissance de l’archéologie et préparé à sa professionnalisation.

 

A cet hommage rendu à Roger Bouillon, associons également celui rendu par la Ville de Laval à Michel Denis, notre ancien président d’honneur décédé en 2007. Les élus de la nouvelle municipalité ont bien voulu célébrer la mémoire de cet éminent historien de la Mayenne, à qui notre département doit beaucoup pour ses travaux de recherche dont le point culminant fût la publication de sa thèse intitulée « Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne ». Le 26 septembre dernier, en présence de Mme Denis et de Guillaume Garot député-maire de Laval, une plaque de rue au nom de celui qui contribua et encouragea pendant des années l’action conduite par notre société a été dévoilée dans le quartier de Thévalles. La cérémonie a constitué l’occasion pour Jacques Salbert, au cours d’un discours rendant hommage à ses qualités de chercheur, de rappeler également les talents de visionnaire d’un homme conscient des changements radicaux engendrés par notre société actuelle. Citons pour mémoire, quelques extraits de la conférence qu’il donna devant cette assistance il y a maintenant 8 ans : « Le problème c’est de rétablir le lien, non seulement chez les décideurs mais aussi chez les simples citoyens, entre leur présent, le passé qui n’est pas forcément le leur, qui n’est pas forcément celui de leurs ancêtres, mais le passé du milieu dans lequel ils vivent et dont ils sont momentanément les héritiers quel que soit leur lieu de naissance, et tout cela pour construire un avenir. » Il surenchérissait alors sur le rôle à tenir par des sociétés savantes telles que la nôtre en affirmant, non sans humour mais avec réalisme, « au lieu de nous réunir dans un amphithéâtre, en association de bonne compagnie, cela suppose que nous retournions complètement nos ambitions parce que si ce n’est pas fait c’est trop tard… ».

Lors de notre dernière assemblée générale, mon prédécesseur, Jacques Naveau, avait su rebondir sur ces propos et afficher comme objectifs principaux du conseil d’administration de travailler à l’ouverture de notre association sur l’extérieur afin de conquérir de nouveaux adhérents et de donner plus de place à la participation des sociétaires dans les différentes commissions qui participent au quotidien à la bonne marche de notre structure. Un an après, le bilan peut apparaître mitigé, notamment au regard du nombre d’adhérents passé de 645 fin 2007 à 550 fin 2008 (moyenne d’âge de l’adhérent : 61 ans). Néanmoins, ces chiffres ne doivent pas pour autant nous alarmer outre mesure : la crise (terme à la mode ces derniers temps) touche également le monde associatif et la SAHM n’échappe guère de fait à un environnement peu favorable à l’essor des vocations pérennes liées au bénévolat. Toujours est-il que nous pouvons cependant nous réjouir du succès rencontré par la sortie découverte organisée conjointement le 3 septembre dernier sur la commune de Brécé par le groupe chapelles et petit patrimoine de notre association (conduits par nos dynamiques « 3 » mousquetaires, Gervais Barré, Alain Gueguen, Jean-Pierre Griveau et Joël Poujade) et le comité départemental de la randonnée pédestre. La bonne centaine de personnes présente lors de cette manifestation peuvent attester de l’intérêt à porter à ce genre d’initiative liant à la fois ouverture au grand public et mise en commun de moyens et de réseaux. Notons également que la commission mise en page de la revue (dont – et je crois utile de la rappeler – la maquette est entièrement composée en interne par un petit groupe de bénévoles qui y consacrent une bonne partie de leurs longues soirées d’hiver) s’est trouvée momentanément renforcée par 3 étudiants de l’ISM qui, après avoir été initiés au maniement du logiciel « Quark – X press », ont également œuvré à porter sur les fonds baptismaux la dernière revue dont le dossier était consacré au patrimoine funéraire. Ces nouvelles nous portent à espérer et à envisager l’avenir de la SAHM avec optimisme, à condition cependant de poursuivre nos efforts en direction DES publics et en adoptant de fait une stratégie de communication idoine.

A l’heure actuelle, la SAHM offre l’image d’une société savante, dont le sérieux n’est plus à démontrer au regard de la confiance que nous témoignent les collectivités partenaires (Conseil Régional, Conseil Général et Ville de Laval notamment) depuis de nombreuses années. Néanmoins, cette notion d’excellence attachée à notre réputation tend à confiner notre association comme un groupe d’érudits, un aréopage de spécialistes dont le grand public parvient difficilement à cerner les motivations. Et pourtant, celles-ci sont clairement affichées dans nos statuts ! La SAHM est ouverte à tout ceux qui apprécient et veulent approfondir leur connaissance du passé de notre département, sans condition d’âge, de milieu social ou de pré-requis scolaires ou universitaires. Car, au final, une passion naît bien souvent d’un simple élan de curiosité. A nous donc d’éveiller cette dernière dans l’esprit de nos concitoyens, tout en veillant à véhiculer une nouvelle image d’association moderne, dynamique et attentive aux vœux de ses adhérents.

Voilà en tout état de cause ce qui doit motiver nos efforts. Nous sommes pour le moment au milieu du gué et des groupes de travail (qu’il est toujours temps de rejoindre !) s’affairent déjà à abonder dans le sens de quelques réformes devenues aujourd’hui nécessaires. Parmi ces dernières, nous noterons les orientations proposées pour l’année 2009 au conseil d’administration par les commissions conférences-excursions et publications :

– la première s’engage à ouvrir les conférences et sorties au grand public en s’appuyant sur le soutien des partenaires institutionnels et médias locaux. Ces moyens mis en œuvre permettront peut-être à terme de drainer un plus large public (comme le prouvent par exemple le succès d’opérations telles « une commune, une histoire » conduites par l’OTSI du pays de Laval ou les initiatives prises ponctuellement, souvent en saison estivale, par quelques érudits locaux pour mettre en valeur le patrimoine et l’histoire de leur ville ou village) friand des informations se rapportant à un univers qui lui est familier : l’individu lambda n’a pas souvent nécessairement l’âme d’un historien mais va naturellement s’intéresser au lavoir ou au château qui se dresse à deux pas de chez lui. Cette volonté se traduit également par la décision de « recentrer » notre programme d’excursion sur le département : aussi, vous sera t’il proposé en 2009 de participer à 4 sorties à la demi-journée au lieu de 2 les années précédentes, les 2 supplémentaires se substituant aux 2 escapades hors de nos bases de moins en moins fréquentées et de plus en plus difficiles à organiser. Par ailleurs, et afin d’afficher clairement l’identité mayennaise de notre association, il sera également régulièrement proposé (comme cela a déjà été fait ponctuellement dans le passé) de « délocaliser » la tenue de nos sessions de conférences. Celles-ci ne seront plus nécessairement mensuelles et pourront à la fois être plus nombreuses, diversifiées au niveau de leurs thématiques et inscrites à des périodes différentes dans le calendrier. Pour exemple, nous vous proposerons prochainement deux visites commentées de l’exposition « L’appel du désert » au musée du vieux château, l’une aux heures traditionnelles le samedi après-midi à 14h30 et l’autre, plus novatrice, le mardi soir à 18h.

– de son côté, la commission publication s’apprête à jeter les bases de ce qui sera sans doute une « révolution » de la politique éditoriale de notre association. A nouveaux outils, nouvelles habitudes et il devenait impérieux pour la SAHM de s’inscrire dans le mouvement de modernisation de ses moyens de communication. Ainsi, la revue MAH 31 (dont la parution, malgré tous nos efforts afin d’en assurer une livraison anticipée par rapport aux années précédentes, est prévue courant avril) sera la dernière du genre à adopter la forme mixte faisant état d’un dossier (consacré en l’occurrence à l’industrie en Mayenne au 19ème siècle), d’articles de mélanges et de compte-rendus liés à la vie associative. Afin de renforcer l’attrait de notre publication papier auprès du grand public et d’en assurer ainsi la rentabilité commerciale, dès fin 2009, le travail consacré aux chapelles de la Mayenne adoptera la forme d’un ouvrage à thématique unique, au nouveau format et surtout tout couleur. Cette évolution n’entraînera pas pour autant l’abandon de nos missions premières liées à l’émulation scientifique et à la vie associative. Ces dernières trouveront leur place tout d’abord dans un bulletin mensuel profondément refondu prenant notamment en compte l’actualité du patrimoine dans le département mais s’appuyant aussi sur une partie agenda culturel, ceci afin d’offrir à nos adhérents l’information la plus complète possible. Celle-ci sera également relayée en temps réel sur le site Internet de la société dont la mise à jour régulière tient aux bonnes volontés de notre « webmestre », Bertrand Béranger, dont je tiens ici à souligner l’extrême disponibilité. A terme, il sera sans doute proposé de renforcer ce pôle multimédia en proposant la création d’une revue en ligne à caractère scientifique pour nous permettre de renouer des liens plus étroits avec le monde universitaire (bien souvent trop d’étudiants engagent des travaux de recherche sur l’histoire du département et les conduisent à termes sans s’être appuyés sur la SAHM qui pourrait leur offrir de judicieux conseils !) et de bases de données notamment à caractère pédagogique promptes à nous « réconcilier » avec un public enseignant depuis quelques années aux abonnés absents parmi nos sociétaires.

Ce travail de longue haleine ne peut aboutir sans la participation de tous. Chaque adhérent de la SAHM doit avoir conscience du rôle qu’il peut jouer pour contribuer, à son niveau à titre individuel, à apporter une plus-value à notre association. Il est en effet grand temps, dans un monde devenu de plus en plus consumériste, que nous puissions nous retrouver autour de la notion du bénévolat actif. Pour ce faire, il convient de reconsidérer la part de la convivialité, trop souvent renvoyée au second plan, dans notre vie associative. Un groupe, quel qu’il soit, ne se fédère t’il pas plus facilement autour du plaisir de l’échange et de la convivialité ? Il faut donc s’en donner les moyens au travers de nos comportements (aspirons à devenir les ambassadeurs d’une association où règne l’esprit d’ouverture) et des outils mis à notre disposition pour assurer la pérennité du caractère le plus noble (puisque basé sur les relations humaines) de cet esprit associatif. A ce titre, notre local de la rue Magenta, qui n’est autre qu’un ancien atelier d’artisan, apparaît comme peu propice à ce genre d’échanges. C’est pourquoi des démarches ont été entamées avec la Ville de Laval pour solliciter la mise à disposition d’un site plus en adéquation avec nos missions d’émulation et de valorisation de l’histoire et du patrimoine mayennais. Guillaume Garot a bien voulu répondre favorablement à cette demande et, à l’heure actuelle, des techniciens de la Ville de Laval « planchent » au redéploiement des locaux attribués aux associations. A titre personnel, j’ose espérer que ce travail trouvera sa concrétisation en vue de la rentrée prochaine afin de permettre à la SAHM de pouvoir disposer en centre historique, à proximité de l’axe touristique, d’un siège digne de ce nom. A termes nous pourrions ainsi envisager sereinement d’asseoir auprès d’un large public l’image d’une association dynamique assurant la promotion du passé tout en inscrivant son action dans le présent pour préparer l’avenir…

 CA 2009 :

 

Conseil d’administration
PRÉSIDENTS D’HONNEUR: Jacques SALBERT

PRÉSIDENT: Stéphane HILAND

VICE-PRÉSIDENTS: Yves FLOC’H, Samuel CHOLLET et Monique GUEGUEN

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL: Jacques NAVEAU

TRÉSORIER: Michel DLOUSSKY

TRÉSORIERS-ADJOINTS: Dominique ÉRAUD et Rémi POULAIN

MEMBRES: Gervais BARRÉ, Bertrand BERANGER, Alain GUÉGUEN, Sébastien LEGROS, Dominique LENORMAND, René LEMARCHANT, Joël POUJADE, Amélie DE SERCEY-GRANGE, Jean-Paul VENNEL.

 

Les commentaires sont clos.