Rapport moral et d’orientation

Assemblée générale du Samedi 26 janvier 2013

Rapport moral

Comme le veux la coutume, il me revient l’honneur au titre de président de notre association d’ouvrir officiellement notre assemblée générale.

En premier lieu, je tiens, au nom de l’ensemble du conseil d’administration, à vous adresser mes meilleurs vœux pour l’année 2013. Je vous souhaite notamment que cette nouvelle année œuvre à étancher un peu plus votre soif d’histoire, d’archéologie et de patrimoine à travers, entre autres, nos excursions, nos conférences ou encore nos publications.

Mais, avant d’évoquer 2013 et l’orientation générale que nous souhaitons donner à notre association, il convient de faire le bilan de l’année achevée. Pour ce faire, nous nous devons naturellement de nous remémorer les objectifs qui étaient les nôtres ici même il y a un an. Définis de manière collégiale lors du dernier conseil d’administration de l’année 2011, ils avaient pu être regroupés en deux grands axes d’orientation :

Axe 1 : La SAHM, « une association pour tous » : Orientation pour 2012

« La SAHM est riche d’une diversité que parfois même les adhérents ignorent. Cette richesse doit être valorisée et mise à profit.

Auprès du grand public, notre image n’a de cesse de s’améliorer depuis quelques années, notamment avec le travail effectué au quotidien par la commission « Petit Patrimoine ». Nous devons poursuivre nos efforts en la matière pour démontrer toujours un peu plus que la SAHM est une association conviviale et ouverte à tous. Car notre image de société élitiste demeure tenace. Preuve en est, lors de notre excursion à Saint-Thomas de Courcerier, les participants non-adhérents ont été surpris par notre « accessibilité » : « Si nous avions su, nous serions venus plus nombreux ! ». De la même manière, lors de nos excursions à Ernée et Montourtier, nos interlocuteurs locaux ont manifestés leurs craintes d’être confrontés à des « gens trop pointus ».

Nous devons donc poursuivre nos efforts pour réduire le fossé qui existe entre la réalité et notre image de société élitiste largement répandue. Pour ce faire, plusieurs projets vont être développés. Nous pouvons citer à titre d’exemple la journée de rencontre et de formation qui sera organisée à notre initiative et qui permettra aux différentes associations locales d’histoire et de patrimoine de se rencontrer et d’échanger.

À l’inverse, nous devons réaffirmer notre mission d’émulation auprès du monde de la recherche et de son lectorat. Pour ce faire, le lancement très prochainement d’une revue électronique nous permettra d’y parvenir en s’affranchissant notamment des contraintes qui étaient les nôtres depuis quelques années, à savoir notamment les coûts de publication et les problèmes de diffusion. En effet, cette publication n’étant pas imprimée et diffusée sur internet, elle ne constituera pas une charge financière pour l’association et jouira d’une grande visibilité (qui plus est sur le site des archives départementales). »

Bilan

Notre objectif était ici de démontrer et de valoriser notre pluralité afin de prouver au grand public le caractère convivial et l’accessibilité de notre assoication tout en renforçant notre rôle de partenaire auprès du monde de la recherche.

A cet égard, les deux actions annoncées il y a un an et menées à bien depuis ont été de francs succès. La journée de rencontre organisée par la commission conférences et excursions en partenariat avec les archives départementales a nourri de nombreux commentaires très positifs. Cette action a notamment démontré que la SAHM pouvait être un relai précieux, un « guide », pour de nombreuses associations locales désireuses d’œuvrer à l’étude et à la valorisation de leur histoire et de leur patrimoine. Cette journée nous a permis de définir un nouveau type d’action qui devrait à l’avenir renforcer notre proximité. De la même manière, le lancement de notre revue électronique nous a permis de remettre à l’honneur et de donner un nouveau souffle à la mission d’émulation qui était la notre à notre l’origine.

Toutefois, ce tableau n’est pas idyllique et le chemin nous menant à la réalisation de ces objectifs demeure encore long. La journée de rencontre a été certes encourageante. Elle est source d’espoir. Mais elle ne constitue qu’un essai que nous devons désormais transformer. Il parait d’une part nécessaire d’inscrire dans le temps cette manifestation qui doit devenir l’un des temps forts de nos cycles de conférences et d’excursions. D’autre part, ce type de démarche doit être généralisé. Il est impératif que nous multipliions et renforcions nos partenariats avec les associations et les structures institutionnelles du département. La réussite de cette journée de rencontre ne saurait masquer par exemple certains échecs comme celui des journées archéologiques que nous souhaitions mettre en place en partenariat avec le musée archéologique départemental de Jublains. Pour sa part, si elle constitue une formidable avancée, la revue électronique doit encore trouver son public. En la matière, ce mode de communication devait nous permettre de nous affranchir de nos problèmes de diffusion et ainsi de toucher aisément le public visé. Malgré tout, cette publication demeure encore confidentielle. Pour y remédier, une action de communication doit être pensée. Elle pourrait prendre la forme, par exemple, d’une inauguration officielle en présence du président du conseil général de la Mayenne.

Axe 2 : vers un nouveau type de financement : Orientation pour 2012

« Pendant plusieurs années, le bon état des finances de la SAHM a été assuré à la fois par notre nombre important d’adhérents et par le soutien des collectivités locales. Aujourd’hui, alors que les adhésions s’érodent et que la rigueur s’impose chez nos partenaires institutionnels, il convient de redéfinir notre mode de financement.

Cette mutation est primordiale. Si nos ressources financières nous permettent de mener à bien nos activités, elles nous offrent surtout la possibilité de financer un emploi. Il est nécessaire de rappeler que Sonia est plus qu’une assistante de gestion. Présente tous les matins dans nos locaux de la rue du Jeu de Paume, elle est un véritable lien pour notre association. Elle représente pour beaucoup le visage de la SAHM et un interlocuteur privilégié.

Pour relevé ce défi financier, plusieurs pistes seront explorées :

a- Redéfinition du partenariat avec les collectivités territoriales

A l’image du manuel scolaire consacré à l’histoire de la Mayenne et réalisé en lien avec la Conseil général, du travail d’inventaire, d’étude et de valorisation des chapelles financé par la région ou encore de notre publication d’un manuscrit de chants de Noël conservé à la bibliothèque de Laval, nous devons poursuivre et développer notre logique de projet auprès des collectivités territoriales.

Notre but doit être de devenir un partenaire privilégié des collectivités dans le cadre de leur politique patrimoniale et d’être financé à ce titre. Si cet effort est constant depuis quelques années, il doit être poursuivi et amplifier. En marge des partenaires historiques cités ci-dessus, bien d’autres n’ont pas été jusqu’à présent sollicités.

b- relancer les adhésions

La diminution de l’engagement associatif est un phénomène sociétal qui ne se limite pas à la SAHM et au monde de la culture mais l’érosion de nos adhésions n’est pas une fatalité.

Chaque adhérent doit constituer le premier ambassadeur de notre association. Il doit à ce titre s’impliquer dans la promotion de la SAHM.

c- revoir nos dépenses

Si une révision de notre de financement s’impose, nous devons aussi parallèlement revoir nos dépenses. Plusieurs mesures concrètes ont déjà été prises en sens.

La plus importante d’entre elles est le changement de local. Ce dernier, situé rue du Jeu de Paume au cœur de l’intra muros lavallois, nous offre une localisation et une visibilité en adéquation avec notre statut d’association départementale à vocation patrimoniale. Toutefois, au regard des loyers pratiqués et de nos besoins en matière notamment de stockage, un déménagement s’impose. C’est pourquoi nous déménagerons très prochainement à Changé, pour un local au loyer moindre et de surface plus importante. À l’occasion de cette annonce je tiens au nom de la SAHM à remercier la municipalité de Changé et plus particulièrement Yves-Marie Belaud à l’origine de cette formidable opportunité. »

Bilan

Concernant la redéfinition du partenariat avec les collectivités territoriales, la prochaine publication de la SAHM qui va vous être présentée juste après par J. Naveau, secrétaire de la commission publication, démontre que nous conservons le cap fixé. Par son montage financier, cet ouvrage illustre la politique de projet qui est désormais la notre et qui consiste à nous imposer auprès des collectivités comme un partenaire de premier plan pour la réalisation de projets patrimoniaux. Toutefois, réalisé en collaboration avec le conseil général de la Mayenne, notre partenaire « historique », cette nouvelle publication témoigne également du fait que nous ne parvenons toujours pas à diversifier nos soutiens. Cette situation nous fragilise d’autant.

Notre avenir financier passe aussi par la reconquête de nos adhérents. Sur ce point, les derniers chiffres sont plutôt encourageants. Une légère hausse des adhésions semble s’initier. A minima, la baisse en vigueur depuis plusieurs années parait enrayée. Cette évolution est grande partie le fruit de l’important travail réalisé quotidiennement par les membres des commissions Petit patrimoine et Conférences-excursions qui nous font connaitre toujours davantage aux quatre coins du département et même au-delà.

Enfin, comme convenu, nous avons revu nos dépenses afin de les optimiser. Beaucoup de décisions prises dans ce cadre se sont révélées douloureuses à l’image du déménagement de notre siège de Laval à Changé ou encore de la diminution du nombre d’heures allouées au poste de secrétariat. Mais elles étaient un mal nécessaire qui va permettre à notre trésorière, Brigitte Poujade, de vous présenter pour la première fois depuis plusieurs années un budget prévisionnel à l’équilibre, c’est à dire sans recours à notre trésorerie.

Conclusion

En conclusion, nous pouvons considérer notre bilan pour l’année 2012 très positif. Les objectifs esquissés l’année dernière ont été en partie atteints. Mais le chemin reste long et notre équilibre demeure fragile. Je n’oublie notamment pas que nous devons ces résultats encourageants à un nombre restreint de bénévoles. Là réside sans doute notre plus grande faiblesse. Cette vérité a été d’autant plus criante cette année à l’occasion de la disparation de l’un de nos membres les plus éminents. Je parle bien entendu de Dominique Eraud à qui je voudrais aujourd’hui rendre hommage.

Samuel Chollet

Rapport d’orientation

Notre présentation générale achevée, il est temps désormais de définir nos orientations pour l’année 2013. Au terme du bilan que nous venons dresser, il apparait que les objectifs fixés il y a un an ont été en partie atteints et doivent être poursuivis.

La SAHM, une association riche de sa diversité

En 2013, la SAHM devra tout d’abord poursuivre son travail de valorisation de sa pluralité qui est et demeure sa principale richesse. Elle devra œuvrer à faire reconnaitre sa diversité auprès de tous ses publics.

a. le grand public

Auprès du grand public, nous devrons poursuivre nos efforts afin de démontrer toujours davantage notre ouverture et notre accessibilité. Pour ce faire, parallèlement à l’important travail effectué depuis plusieurs années par la commission « Petit Patrimoine », nous devrons poursuivre la mutation de notre programmation annuelle en matière de conférences et d’excursions. La journée de rencontre et de formation doit notamment devenir un des points d’orgue de nos animations. Elle nous permettra d’accentuer notre proximité auprès des mayennais.

b. le monde de la recherche

Le lancement de notre revue électronique en 2012 a constitué un tournant important pour la SAHM. Elle est en premier lieu l’aboutissement d’une refonte de notre politique éditoriale décidée il y 5 ans et entamée par l’avènement de publications annuelles tout en couleur destinées au grand public. Elle a également permis de remettre à l’honneur notre mission d’émulation quelque peu délaissée depuis l’arrêt de l’édition de nos suppléments.

Mais deux obstacles demeurent. Le premier est le manque d’auteurs. Si nous devons sans doute renforcer nos liens avec le monde universitaire et les professionnels du patrimoine, il revient également aux adhérents d’alimenter ce nouveau support. La commission publication demeure disponible pour toute personne désireuse d’écrire et, pour ce faire, d’être accompagnée. Le second obstacle est la diffusion encore trop restreinte de notre revue. Des actions de communication doivent être pensées et mises en œuvre.

Assurer la pérennité financière de l’association

Nos mesures drastiques prises en 2012 afin d’assainir nos finances ont portés leurs fruits comme en témoigne le budget prévisionnel qui vient de vous être présenté. Mais notre équilibre demeure fragile. Nous restons, entre autres, trop dépendants de notre partenaire historique, le conseil général de la Mayenne, et du nombre d’adhérents.

Pour remédier à cette situation, des solutions existent. En matière de partenariat, de nouveaux liens doivent être tissés. Beaucoup de collectivités et de structures n’ont jusqu’à présent jamais été sollicitées. C’est notamment le cas des communautés de communes, des agglomérations ou encore de l’agence départementale du tourisme. Concernant le nombre d’adhésions, la baisse n’est pas une fatalité. Mais seul le travail de terrain, au plus proche des mayennais, peut permettre de l’enrayer, voire même d’amorcer un regain. En complément du travail effectué dans ce domaine par la commission « Petit patrimoine », nos conférences et nos excursions doivent de nouveau séduire et ainsi attirer de nouveaux membres. Enfin, nous devrons continuer à chasser les dépenses inutiles ou devenues superflues.

Conclusion

L’année 2012 nous a démontré que nos objectifs ne sont pas démesurés et qu’ils peuvent être atteints à la seule condition que chaque adhérent se mue en ambassadeur. Le bon fonctionnement, le développement et la pérennité de notre association sont l’affaire de tous. Chacun peut à sa manière y participer en donnant un peu de son temps. Vous seuls pouvez assurer l’avenir de la SAHM.

Samuel CHOLLET

Les commentaires sont clos.