Mai

Actualités : ça s’est passé récemment en Mayenne

Rubrique proposée par Stéphane Hiland, complètée par Bertrand Béranger

 

On nous signale : au Musée Jean Chouan

 

Samedi 14 mai de 19 h 00 à minuit
 

FAUX-SAUNIERS ET GABELOUS : CHRONIQUES DE CONTREBANDE
 

A l’occasion de la nuit des musées, samedi prochain de 19 h à minuit, Denis Messager vous fera revivre au cours de la soirée, les aventures tumultueuses des faux-sauniers et des gabelous dans la « seigneurie de fraudeurs » qu’était la région de St-Ouën-des-Toits avant la Révolution. Des histoires qui ne manquent pas de sel…

 

Jean Chouan

 
Chroniques :

Dans le cadre de l’émission radiophonique « L’histoire chez vous » qu’ils ont animée l’été dernier sur les ondes de France Bleue Mayenne, Stéphane HILAND et Florence HARNAY ont revisité le passé de notre département au travers du prisme d’événements parfois tombés dans l’oubli. Nous vous proposons de retrouver régulièrement dans notre bulletin mensuel ces chroniques historiques.

Alfred Jarry ou les élucubrations d’un écrivain dandy

Le Père Ubu, œuvre du sculpteur Del’aune, trône fièrement sous ses habits métalliques à quelques pas de la mairie de Laval, en vis à vis de l’enceinte fortifiée datant du moyen-âge. Acquise par la ville en 1998, cette statue rend hommage au héros burlesque né de l’imagination fertile d’un écrivain lavallois au parcours hors du commun : Alfred Jarry. Ce dernier, tout comme le Douanier Rousseau son illustre contemporain, n’a jamais véritablement connu la renommée de son vivant. Pire encore, il est mort en anonyme le 1er novembre 1907 à l’âge de 34 ans dans une chambre austère de l’hôpital de la Charité à Paris, vaincu par les affres de la maladie. Le décès de celui qui est considéré aujourd’hui comme l’un des maîtres à penser de la littérature surréaliste fait l’objet d’un modeste entrefilet de deux lignes en troisième page du quotidien local. Il est vrai qu’à l’époque bon nombre de ses concitoyens lavallois se considèrent lassés par les trop nombreuses élucubrations de l’écrivain dandy. Parisien jusqu’au bout des ongles, Alfred Jarry ne séjourne que par intermittence à Laval, notamment lorsque ses finances viennent à lui faire défaut. C’est le cas notamment en mai 1906 où ses amis parisiens lui offrent le billet de train pour regagner sa ville natale. Accueilli par sa sœur aînée Charlotte qui l’héberge gracieusement dans son appartement de la rue Charles Landelle en plein cœur du centre historique, Jarry partage son temps entre l’écriture et l’escrime qu’il pratique à un haut niveau à la salle d’armes de maître Blaviel, quai Sadi-Carnot. Sportif accompli, il fait également l’acquisition d’une superbe bicyclette chez le marchand de cycles Trochon. Mais, à court d’argent, il remet à plus tard le paiement de la facture. Il contracte également en parallèle de lourdes dettes chez la boulangère de la porte Beucheresse ainsi que chez le boucher Turpin. Harcelé par ses créanciers, il s’amuse à fuir ces derniers au guidon de son vélo tout en les menaçant de son revolver. En peu de temps, Jarry s’acquiert la réputation peu enviable de personnage perturbateur de l’ordre public, ce qui l’oblige à quitter définitivement Laval le 18 octobre 1907 pour ne plus jamais y revenir. Depuis les années ont passé. Aujourd’hui les Lavallois ne tarissent pas d’éloges à son égard. Une plaque commémorative vient même rappeler son séjour au pied de l’immeuble qu’il occupa un temps rue Charles Landelle, dans les circonstances que nous connaissons maintenant. Mais, avec du recul, ne faut-il pas voir derrière les élucubrations ubuesques de l’écrivain l’expression du mal-être d’un homme pleinement conscient des limites atteintes par un monde rongé par l’absence d’humanité ? Nul doute qu’Alfred Jarry était un visionnaire, ce que viendront malheureusement confirmer après coup les grands conflits qui émailleront le 20ème siècle…

Stéphane HILAND

 

On nous signale : Un nouveau site Internet : celui du musée archéologique départemental de Jublains.

 

 

L’Oribus N° 81 est paru.

Au sommaire : Le gouvernement de Vichy et l’école primaire publique.

Des exemples mayennais :

– Souvenirs de Suzanne sens

– La mise à mort de la République

– La mise au pas de l’école publique

– Une vie quotidienne difficile

– La libération

 

« Histoire de l’Anjou – L’Ancien Régime et la Révolution en Anjou », Jacques Maillard, Editions Picard, 360 pages, 34 €.

« Sous l’Ancien Régime, la province d’Anjou a conservé une forte personnalité. Située loin des frontières du royaume, son histoire est certes moins agitée que celle de nombreuses provinces, elle n’en connaît pas moins des périodes de grand trouble, comme au temps des guerres de Religion, des guerres de la minorité de Louis XIV et des événements sanglants de la Révolution. La grande majorité de sa population vit à la campagne, du travail de la terre, dans de petites exploitations travaillées selon des méthodes de culture traditionnelles. La vie quotidienne de cette population est marquée par l’omniprésence de la mort, lors des grandes pestes, des épidémies de dysenterie, mais aussi par la forte mortalité des enfants liée aux difficultés de la naissance. Au XVIIe siècle, le diocèse d’Angers a été un des grands foyers de la réforme catholique qui a entrainé la création de nombreuses communautés religieuses et la multiplication des manifestations de piété (pèlerinages, missions, fondations pieuses). Ce livre, qui forme le tome III de l’Histoire de l’Anjou veut, pour un très large public, faire la synthèse de nombreux travaux dispersés et souvent inédits. Le recours systématique aux archives, en particulier notariales, a permis de préciser et de renouveler sur bien des points les travaux antérieurs. Ainsi peut-on présenter un tableau de l’Anjou des XVIe-XVIIIe siècles abordant la vie politique, économique, sociale, religieuse et culturelle. »

Les commentaires sont clos.