Mars

Actualités : ça s’est passé récemment en Mayenne

Rubrique proposée par Stéphane Hiland

Le CIAP de Sainte-Suzanne obtient le label « Tourisme et handicap »

Le 4 février dernier, à l’occasion d’une cérémonie orchestrée par le Comité départemental du tourisme, le Préfet de la Mayenne, Eric Pilloton, et Nicole Bouillon, Présidente du CDT, ont remis à Jean Arthuis, Président du Conseil général de la Mayenne, la plaque officialisant la labellisation « Tourisme & Handicap » du CIAP du château de Sainte-Suzanne.

Le Comité départemental du tourisme de la Mayenne a décidé de développer le tourisme pour tous grâce au label Tourisme & Handicap. Ce label va au-delà de la loi de février 2005 pour l’égalité des chances : il intègre en effet la notion d’accueil, apporte une aide spécifique pour les déficiences sensorielles et mentales, répond à l’attente du visiteur, du touriste, du client, en dehors de son quotidien.

Deux sites culturels sont aujourd’hui labellisés dans notre département : le musée du château de Mayenne et le CIAP du château de Sainte-Suzanne. Ces deux structures ont obtenu le label pour les quatre handicaps : moteur, visuel, auditif et mental. Il s’agit des deux premiers châteaux, au niveau national, à avoir été labellisés pour les quatre handicaps dès leur première candidature. Implanté au cœur du Pays d’art et d’histoire Coëvrons-Mayenne, le château de Sainte-Suzanne et son Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine proposent aux publics un large éventail d’activités de découverte. Les vestiges du château médiéval, le logis classique du 17e siècle ainsi que l’exposition permanente du CIAP qui présente les multiples facettes du patrimoine en Mayenne constituent les supports de ces activités adaptées aux publics porteurs de handicaps. Maquettes, approches tactiles, circulations adaptées… permettent aux visiteurs, de partir plus aisément à la rencontre de l’histoire et du patrimoine de notre département. Dans la continuité de cette démarche, l’équipe du CIAP envisage d’ores et déjà la réalisation de nouveaux supports de nouveaux supports de découverte. 

David FOISNEAU

Un ouvrage sur la présence du loup en Mayenne

Le 4 février, à la salle des fêtes de Nuillé-sur-Vicoin, Isabelle Dufraisse a présenté au public l’ouvrage consacré à l’histoire du loup en Mayenne qu’elle vient de publier en auto édition. Ce petit livre de 80 pages, richement illustré, évoque les relations tumultueuses que les hommes de nos contrées ont pu entretenir au fil des siècles avec un animal devenu figure légendaire. L’auteur revient notamment dans le détail sur les chasses qui, au 18ème et 19ème siècles, achèvent de décimer l’espèce présente dans nos campagnes depuis des temps immémoriaux comme le rappelle le nombre important de toponymes caractéristiques (Roc au loup, Tuloup, Chanteloup…). Aujourd’hui, le loup demeure néanmoins présent en Mayenne : des dépouilles taxidermisées, devenues éléments du patrimoine, continuent à faire l’objet de l’admiration de tous à Saint-Mars-sur-la-Futaie ou au musée des sciences à Laval.

« La présence du loup en Mayenne » par Isabelle Dufraisse, 80 pages, 20 euros, en vente dans les librairies de la Mayenne et au musée de l’auditoire à Sainte-Suzanne.

Des sites Internet à découvrir:

– la France en 1500 : le site

– pour trouver des textes rares : le site

– à propos de Henri IV : le site

 

On nous signale

« Tranches de vie », Dr Jean du Chalard ; par Jean-Claude du Chalard, avec le soutien de l’Office Intercommunal du Tourisme de Villaines-la-Juhel, Editions Régionales de l’Ouest, 262 pages, 29 €.

« En triant les papiers et dossiers laissés par son père, Jean-Claude du Chalard a découvert deux journaux que celui-ci avait rédigés au jour le jour, l’un sur des ordonnances médicales, et l’autre sur un cahier noir ; le tout étant complété par des documents et potos.

Le premier, débutant le 10 mai 1940 et se terminant après sa libération du camp d’Essey lès Nancy, donne un éclairage intensément vécu sur une tragique débâcle.

Le second démarre le 18 juin 1944, c’est-à-dire 12 jours après le débarquement des Alliés en Normandie, et s’achève par l’arrivée des Américains à Villaines ; il traduit bien l’atmosphère qui y régnait durant cette période cruciale.

L’auteur a voulu y rajouter les travaux, effectués au cours des années 1950 et 1960 par son père qui a fondé le Centre d’Entraide Généalogique, recherches portant sur l’histoire et le patrimoine de Villaines, d’Averton et de Courcité et spécialement aux vieilles familles et anciennes demeures. Pour marquer le centenaire de la naisance de son père, Jean-Claude du Chalard a pensé qu’il convenait d’évoquer la figure de ce médecin de campagne enraciné dans le terroir de Villaines qu’il aimait, et de partager ce témoignage avec ceux qui avaient envie de se laisser aller à un voyage dans leur passé commun. »

 

Raymond Delavigne informe que le mardi 15 mars 2011 à 18 heures, à la mairie de Château-Gontier, salle des mariages, il fera une conférence-diaporama qui aura pour thème : « Recherches mythologique autour des basses vallées angevines : saints sauroctones et zones inondables« .

Un rafraîchissement sera servi à l’issue de la conférence.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre des activités de l’Association des Amis du Vieux Château-Gontier que préside M. Alain Sagon.

(Afin de couvrir les frais d’organisation il sera demandé une participation de 2 euros par personne).

 

1939 – 1946 : Une mémoire française. L’internement des Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale.

En France, de 1940 à 1946, de nombreuses familles (plus de six mille hommes, femmes, vieillards, enfants) furent internées dans des camps gérés par l’administration française, au seul motif qu’elles étaient Tsiganes, on disait alors nomades, on les nomme aujourd’hui Gens du voyage.

Nos livres d’histoire n’en disent rien. Les camps eux-mêmes ont disparu et la reconnaissance de ces faits n’a jamais eu lieu, ou si peu. Les Tsiganes sont restés absents de la mémoire collective française.

Alors que les derniers témoins vont se taire à jamais, il est urgent de mobiliser toutes les énergies pour mettre à jour les faits avec la plus grande précision, en montrer les mécanismes, et conduire dans le respect des victimes la restauration d’une mémoire presque perdue.

C’est dans cet esprit et avec ces objectifs qu’une année mémorielle intitulée « une mémoire française », a été lancée en 2010, par un collectif d’associations dont plusieurs de Voyageurs et/ou Tsiganes, la FNASAT – Gens du voyage (fédération à laquelle adhère l’AMAV), la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), le MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), etc. Ce projet est parrainé par le cinéaste Tony GATLIF et encadré par un comité scientifique composé d’Henriette ASSEO, Emmanuel FILHOL, Marie-Christine HUBERT, Alain REYNIERS et Jacques SIGOT. www.memoires-tsiganes1939-1946.fr

Il a reçu l’agrément du ministère de la défense, dans le cadre de l’année commémorative du 70ème anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. Enfin, la date du 6 avril 2010 a été choisie pour le lancement de cette année mémorielle, en référence au décret-loi du 6 avril 1940 interdisant la circulation des « nomades » sur la totalité du territoire métropolitain.

En Mayenne deux sites, à Grez-en-Bouère et Montsûrs, ont servi de lieux d’internement. Un numéro spécial de la revue L’ORIBUS a été consacré à ces évènements en avril 1989. A Laval, une stèle commémorative est présente depuis 1993, à l’angle Nord-Ouest du square Foch. A Montsûrs, une plaque a été posée à proximité du camp.

L’AMAV a décidé de promouvoir en Mayenne cette démarche de mémoire, d’y faire appréhender la spécificité du traitement imposé aux « nomades » en France durant la Seconde Guerre mondiale, ses origines ainsi que le contexte plus général du génocide tsigane en Europe. Il s’agit de porter à la connaissance d’un large public ces faits trop souvent occultés et de rendre hommage aux victimes.

En 2010, l’AMAV (Association Mayennaise d’Action auprès des gens du Voyage) :

– s’est associée à « Atmosphère 53 » pour la diffusion du film Liberté de Tony Gatlif, dans les différents cinémas du département, en apportant avant les projections, des éléments historiques sur l’internement des tsiganes en France, et en permettant ensuite un dialogue entre spectateurs sédentaires et voyageurs à Laval, Château-Gontier et Mayenne ;

– a conduit un travail de « pré-sensibilisation » auprès des Gens du voyage, par la rencontre de familles dont des proches furent internés, avec éventuellement l’interview d’un ancien, le prêt du DVD « Des français sans histoire » de Raphael PILLOSIO auprès de plusieurs… ;

– a restauré les plaques commémoratives de la stèle érigée à l’angle du square Foch à Laval, en souvenir des tsiganes internés en Mayenne et en hommage aux victimes des persécutions racistes et antisémites ;

– a participé à la cérémonie officielle du 16 juillet (date anniversaire de la rafle du Vél’d’hiv) au cours de laquelle son président a retracé ce drame en citant notamment le témoignage d’une Voyageuse ancienne internée, présente à son côté.

En 2011, l’AMAV poursuit cette campagne d’information avec des moyens accrus, et en développant des partenariats variés sur l’ensemble du département de la Mayenne, désireuse qu’elle est de travailler en lien avec les structures locales (communes, centres sociaux, organismes culturels, médiathèques, associations diverses, établissements d’enseignement…) afin de garantir au projet la plus large diffusion possible.

Téléchargement de la plaquette

Les commentaires sont clos.