Mars

Actualités : ça se passe en Mayenne ou ailleurs

Rubrique proposée par Stéphane Hiland et complétée par Bertrand Béranger

 

Dernières semaines de fouilles au couvent des Jacobins de Rennes :

des milliers de sépultures recensées

Sur le site du couvent des Jacobins, à Rennes, une équipe d’archéologues de l’INRAP achève l’une des plus importantes fouilles urbaines jamais menées dans l’Ouest de la France. Cette opération a été prescrite par l’État (DRAC Bretagne) en amont de la construction du futur centre des congrès de Rennes Métropole. En seize mois, une trentaine d’archéologues ont fouillé 8 000 m2, comprenant le couvent, le jardin du cloître et les cours extérieures. Ils ont multiplié les découvertes sur ce quartier de l’antique cité de Condate, sur son évolution en faubourg médiéval et sur l’histoire du couvent des Jacobins. Parmi les plus remarquables : un temple du 3e siècle entouré de grandes maisons urbaines et des maçonneries médiévales qui révèlent l’histoire architecturale de l’édifice religieux. Dans ce lieu de pèlerinage et d’inhumation, les archéologues ont aussi recensé près d’un millier de sépultures médiévales et modernes débouchant sur une étude anthropologique sans précédent en Bretagne. La découverte de tombes prestigieuses dont six sarcophages en plomb et des traces de pratiques d’embaumement révèlent  des personnalités religieuses ou civiles de haut rang. La fouille du chœur de l’église, dans les semaines à venir, constituera le point d’orgue de cette vaste opération.

Des sarcophages et des cœurs en plomb pour d’éminents défunts

Le couvent des Jacobins a servi de lieu d’inhumation entre le 15e et le 18e siècle, non seulement pour les religieux, mais également pour de nombreux fidèles qui se faisaient enterrer au plus près du tableau de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, œuvre de dévotion. Près d’un millier de sépultures ont ainsi été localisées, principalement dans la salle du chapitre, lieu d’inhumation en principe réservé aux frères, dans la galerie des enfeus ou dans l’église. Parmi elles, plusieurs tombes prestigieuses ont été identifiées : caveaux maçonnés, enfeus ornés de blasons et six sarcophages en plomb, retrouvés principalement dans le chœur de l’église. À la tête de l’un d’eux, les archéologues ont découvert trois cœurs en plomb accolés, portant des anneaux de suspension à l’image de ceux utilisés pour la vénération des reliques. Des traces d’embaumement, pratique funéraire réservée aux élites, et des orientations atypiques du défunt (nord-sud) ont aussi été observées. Ces indices signalent l’appartenance probable de ces défunts particuliers à de riches familles de la région.

< Illustration : Dégagement d’un sarcophage en plomb sur le site des Jacobins de Rennes (cliché INRAP)

Des données inédites sur l’état sanitaire de la population rennaise à l’époque moderne

Les anthropologues entreprendront une étude biologique des individus (sexe, âge au décès, état sanitaire, données métriques et anatomiques…). Les données seront alors traitées de manière statistique et comparées à d’autres sites de la même époque. Sur le plan sanitaire, ils observeront l’état général des squelettes (traumatismes, pathologies dégénératives, …) et leur état bucco-dentaire, reflet de l’alimentation et des soins reçus. Ils rechercheront aussi les traces de maladies infectieuses, épidémiques ou non, ayant sévi. Enfin, des études de paléomicrobiologie, en collaboration avec le laboratoire AMIS (Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse, UMR 5288 CNRS/Université de Toulouse-Paul Sabatier) permettront de compléter les connaissances sur l’état de santé des individus inhumés au couvent des Jacobins. Ainsi, cette étude anthropologique, menée sur un large échantillon, apportera des informations inédites sur l’état sanitaire et social d’une partie de la population rennaise entre le 15e et le 18e siècle.

Source : www.inrap.fr

 

Du côté des Musées

Exposition Mythologie du 16 mars au 28 juin 2013

En partenariat avec la Bibliothèque départementale de la Mayenne.

Le Minotaure, Thésée, Orphée, Ulysse, OEdipe… Ces personnages existent depuis plusieurs milliers d’années et font partie de ces histoires qui nous accompagnent depuis l’enfance. Yvan Pommaux, auteur-illustrateur bien connu de livres jeunesse, leur a consacré une série qui relate leurs aventures, dans un style à la fois sobre et poétique. L’exposition du musée s’inspire de cette oeuvre, rassemblant des planches originales, des albums et un jeu réalisés par cet auteur, qu’elle met en perspective avec d’autres créations antiques ou très contemporaines.

Cette exposition accueille également deux pièces de Julien Salaud, artiste contemporain dont la beauté et l’étrangeté des oeuvres invitent le visiteur à s’interroge sur notre vision du monde. Deux créations, inspirées d’Orphée et du Minotaure, donnent une nouvelle forme à ces deux mythes qui, loin d’être figés, alimentent toujours nos réflexions et nos rêves.

Tarifs et horaires du musée

Derniers jours de l’exposition « Des Gaulois au château! 10 ans de découvertes archéologiques » jusqu’au 31 mars.

Entrée libre

Le musée du château de Mayenne organise des animations s’inscrivant dans le Printemps des poètes. Ainsi les visiteurs sont conviés à trois jours de pause poétique.

Arkéoconte de printemps

Vendredi 22 mars, 19h : Avec Jean-Jacques Dabla, écrivain, poète et critique littéraire Autour du château, poèmes : Lectures de textes empruntées à la littérature française autour des châteaux et de l’univers médiéval et de poèmes inédits créés spécialement pour le château de Mayenne.

Atelier d’écriture : Samedi 23 mars, 14h30 : Poèmes, formules et historiettes pour un château

A vous de laissez parler votre imaginaire autour de l’univers médiéval pour en faire un poème.

Dimanche 24 mars, 15h30 : A deux voies

Une visite poétique où les mots sont choisis et se sera à vous ensuite, en solo, à deux ou en famille de vous exprimer…

…Les Effleurer par Clac Compagnie

De 14h à 18h : Interventions poétiques

….Les effleurer propage la poésie et l’offre en partage. Un concept d’intervention poétique, révélateur d’émotions, une invitation à être ensemble qui envahit les lieux et les êtres d’une vague poétique.

Dimanche 14 avril à 16 h 00 au musée du vieux-château : Rendez-vous singulier avec Jean-Louis Cerisier

Artiste mayennais dont les œuvres sont présentées dans les collections, Jean-Louis Cerisier s’intéresse au temps qui passe, à la création populaire, aux petits instants du quotidien qu’il fixe dans des scènes à l’intimité délicate. Il propose pour ce troisième Rendez-Vous de présenter ses recherches récentes sur des œuvres oubliées ou disparues en Mayenne et dans la région Pays de Loire, façon de révéler à quel point la Mayenne reste le berceau d’un nombre étonnant d’artistes singuliers.

Les commentaires sont clos.